+ d'actus - Entreprises

Fibre Excellence Tarascon entre dans une période d'observation de six mois

 

On en sait un peu plus sur la situation de Fibre Excellence Tarascon (118 millions d'euros de chiffre d'affaires, 306 salariés), qui, suite à son dépôt en redressement judiciaire, rentre dans une période d'observation de six mois. Motifs invoqués : déficit chronique, baisse du cours de la pâte à papier, sous-production, taxation de l'agence de l'eau… A cela, il convient d'ajouter que l'usine, classée Seveso, est aussi accusée d’émettre des substances polluantes et qu'elle est impliquée dans un procès, initialement prévu le 21 septembre mais qui a été renvoyé au 6 janvier 2021. Bilan des courses : l’usine, qui produit 250 000 tonnes par an de pâte à papier, n’est pas rentable et son actionnaire ne veut plus investir. En revanche, rien ne change pour l’autre usine de l'entreprise, située au siège de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), qui fabrique 300 000 tonnes de pâte par an. Pour mémoire, ces deux unités ainsi que la filiale d’approvisionnement Sebso ont été rachetées à Tembec en 2010 par le groupe canadien Paper Excellence, détenu par Jackson Wijaya, membre d’une famille indonésienne qui possède le géant Asia Pulp & Paper.

Le fabricant d'étiquettes Inessens poursuit sa croissance

 

4…. opérations de croissance externe, financées sur fonds propres en peu de temps (entre fin 2019 et mi 2020) ! Sacrée performance que celle réalisée par Inessens, fabricant d’étiquettes basé à Montréal-de-l’Aude, à quelques kilomètres de Carcassonne. Spécialisé dans le vin, les spiritueux et l’agroalimentaire, Inessens, qui réalise des étiquettes depuis 24 ans, a acquis Etiquettes de Provence (Vallauris), l’imprimerie TLS (Grasse), Etiquettes Michel Haas (Fontainebleau) et Art & Sens (Grasse). Chiffre d'affaires cumulé de ces 4 entités : 13,6 millions d’euros, réalisés principalement dans les secteurs de la cosmétique, des parfums, du luxe et du médical. Grâce à ces opérations rondement menées, la PME audoise, dirigée par Eric Groshens, se dote ainsi de nouveaux savoir-faire. Ces acquisitions s’inscrivent dans la logique de développement d’Inessens, débuté avec le rapprochement des imprimeries Aset (Montreal de l’Aude) et Bidoit (Cognac), et qui l’avaient vue s’adjoindre de nouveaux sites de production avec la reprise de l’imprimerie bourguignonne Roy (Chassagne Montrachet), de Roubey (Orange) et la création en 2015 de Digit Labels (Cadaujac). Inessens vise un doublement de son chiffre d’affaires d’ici cinq ans, soit d'atteindre les 100 millions d’euros. L'an dernier, le groupe avait réalisé 55 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec 370 personnes réparties sur neuf sites industriels. A noter que la croissance d'Inessens accompagne la concentration du secteur de l'étiquette où d'après l'UNFEA, le nombre de sites ne diminue pas vraiment tandis que la taille des groupes augmente inexorablement.

cession

International Paper finalise la vente de son activité d'emballage en carton ondulé au Brésil

C'est fait : Klabin, l'entreprise brésilienne spécialisée dans l'emballage industriel a finalisé son accord, conclu le 29 mars dernier, avec International Paper, l'un des principaux producteurs mondiaux de produits d'emballage, de pâte et de papier à base de fibres renouvelables, avec des activités de fabrication en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe, en Afrique du Nord et en Russie. Son siège social est situé à Memphis, au Tennessee, et il sert plus de 25 000 clients répartis dans 150 pays. En 2019, ses ventes se sont élevées à 22 milliards de dollars. L'accord porte sur la reprise de la division brésilienne d'emballage en carton ondulé d'International Paper. Quant à l'entreprise rachetée par Klabin, elle possède trois usines de carton et quatre usines de fabrication de boîtes. L’unité a une capacité de production de 305 000 tonnes par an. La transaction comprend également les unités de papier d’emballage (en fibres vierges et recyclées) d’une capacité totale de 310 000 tonnes par an. La société continuera à gérer ses activités de papier et ses activités forestières au Brésil.

Rachat

Lecta acquiert l'activité feuilles adhésives pour l'offset d'Avery Dennison en Europe

Du nouveau dans les papiers spéciaux et adhésifs ! Le groupe papetier espagnol Lecta reprend la fabrication et la vente du portefeuille de papiers et films auto-adhésifs de marque FASSON et JAC de l'Américain Avery Dennison. Cet accord couvre le marché de la région Europe - Moyen-Orient - Afrique du Nord (EMENA). Cette acquisition s'inscrit en plein dans le processus de transformation de la société et sa réorientation vers les marchés de spécialité. Pour mémoire, Lecta, qui réalise un chiffre d'affaires de 1,4 milliard d'euros, et qui s'est recapitalisé cet été, possède sept usines situées en Espagne, Italie et France (l'usine Condat en Dordogne).

Acquisition

Quattro R et HGM prennent le contrôle conjoint de Burgo

QuattroR SGR, une société italienne de Private Equity indépendante investissant dans des situations de redressement et de croissance, a conclu un accord pour l'acquisition, en partenariat avec la Holding Gruppo Marchi SpA (« HGM », la holding à travers laquelle la famille Marchi contrôle actuellement Burgo), d'une participation majoritaire dans Burgo, fabricant et distributeur italien et européen de premier plan de papiers graphiques pour magazines, papiers spéciaux et carton d'emballage. En pratique, l'opération est structurée via une entité nouvelle créée, qui sera détenue à parts égales par QuattroR et la famille fondatrice Marchi via sa société holding Gruppo Marchi. Cette nouvelle entité contrôlera précisément 91 % de Burgo. QuattroR et HGM ont également conclu un accord séparé avec les actionnaires minoritaires de Burgo, notamment Mediobanca, Generali et Italmobiliare, qui reconduiront leurs participations minoritaires dans la société. Dans le cadre de la transaction, Burgo a également conclu un accord avec ses prêteurs historiques, ainsi qu'avec deux nouveaux prêteurs, qui continueront à soutenir la société avec un nouveau plan de financement. L’augmentation de capital financée par QuattroR permettra une réduction significative de la dette existante de Burgo. Egalement, elle permettra à Burgo d'accélérer et de pousser davantage son repositionnement stratégique vers de nouveaux produits tels que le carton qui présentent un potentiel de croissance plus élevé, tout en consolidant son leadership dans les segments traditionnels des papiers graphiques et spéciaux. Avec un réseau de 11 papeteries en Italie, 1 en Belgique et 3400 employés (dont 2800 en Italie), Burgo a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires consolidé de 1,7 milliard d'euros, un EBITDA 134 millions d'euros, un bénéfice net de 10 millions d'euros. Sa production annuelle s'élève à environ 2 millions de tonnes de papier et carton d'emballage.

 

Suez-Veolia : nouveau rebondissement avec la suspension des opérations de prise de contrôle par Veolia

 

L’assaut boursier de Veolia sur son groupe rival, depuis longtemps convoité, n'a pas fini de susciter des remous. Alors que Veolia avait réussi à acquérir via Engie 29,9 % du capital de Suez, le tribunal vient d'ordonner la suspension des opérations de prise de contrôle. Dans les faits, Veolia conserve ses 29,9 % de Suez mais les phases suivantes du rapprochement sont suspendues (dont l’OPA sur Suez prévue dans la foulée de la reprise d'Engie) « tant que les CSE concernés n’auront pas été informés et consultés sur les décisions déjà prises et annoncées publiquement par voie de presse le 30 août » peut-on lire dans le jugement. Engie a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait faire appel de l’ordonnance. De même que Veolia. Quoiqu'il en soit, cette décision du tribunal décale le processus de rachat d'au moins deux mois. On rappelle que si malgré tout, l'acquisition de Suez par Veolia se concrétise, elle donnerait naissance à un champion mondial de la transformation écologique, qui pèserait environ 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploierait quelque 250 000 personnes dans le monde.

cession

Le fournisseur de vannes Neles s'oppose à la fusion avec Valmet

L'expert finlandais en vannes Neles (660 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019) refuse tout net l'offre de reprise de Valmet. Il préfère l'offre publique d'achat du groupe Alfa Laval, qui expirera le 22 octobre. Un rejet qui ne décourage pas Valmet qui a déclaré qu'il maintenait son objectif de fusionner avec Neles. Et de rappeler qu'une combinaison créerait un leader mondial nordique avec 16 000 employés et plus de 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Petit rappel des faits : en juillet, Alfa Laval avait fait l'offre de rachat de Neles pour un prix de 11,50 € par action, valorisant le capital total de Neles à 1,73 M €. En août, le conseil d'administration de Neles avait recommandé aux actionnaires d'accepter l'OPA. Vient alors la proposition de fusion de Valmet le 29 septembre. Une offre cohérente au vu de la politique de Valmet : l'équipementier avait acquis en juillet 2020, une part de 14,88 % dans Neles et avait augmenté ensuite sa participation à 29,5%.

Paprec s'intéresse à l'activité "déchets" de Suez en France

 

Le duel Suez-Veolia n'a pas fini de faire parler. Cette fois, c'est du président-fondateur du groupe familial Paprec, Jean-Luc Petithuguenin, que vient le rebondissement : réagissant dans la foulée de l’annonce de la vente à Veolia, par Engie, de ses parts au capital de Suez, il a manifesté son intérêt pour les actifs liés aux déchets qui pourraient être mis en vente dans un processus de fusion de Suez et de Veolia. Il serait même prêt, le cas échéant à reprendre la totalité de l'activité
déchets de Suez en France, une activité qui concerne la collecte, le tri, la valorisation et le recyclage des déchets sur le territoire national, soit 2,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires et quelque 18 000 personnes.

IPO

Nordic Paper envisage une introduction en bourse

Le producteur suédois de papier d'emballage Nordic Paper, spécialisé dans les papiers krafts et les papiers sulfurisés, prévoit de faire coter ses actions à la bourse du Nasdaq Stockholm. Précisément, Nordic Paper prévoit de vendre ses actions à des investisseurs institutionnels en Suède et dans d'autres pays ainsi qu'au grand public suédois. Nordic Paper est détenue majoritairement par le fabricant de papier chinois Shanying International depuis fin 2017. Ce dernier restera un actionnaire engagé dans la société et avait l'intention de conserver une partie de ses parts dans Nordic Paper. Nordic Paper a réalisé 3,23 milliards de SEK (0,3 milliard d'euros) en 2019 et un Ebidta de 60 millions. Nordic Paper a une capacité de production de 286 000 tonnes par an dans ses quatre usines Bäckhammar, Åmotfors, Säffle et Greåker.

Acquisition

CDC rachète l'ancienne usine de papier WestRock à Newberg, Oregon

L'ancienne usine de fabrication de papier WestRock installée à Newberg, dans l'Oregon, vient d'être reprise par la filiale de CDC Newberg OR LLC. L'opération comprend l'acquisition des actifs immobiliers et une indemnisation de l'entreprise pour les passifs environnementaux hérités associés au site. Commercial Development Company (CDC), un groupe d'investissement et de
réaménagement foncier prévoit que le site soit entièrement démoli et prêt à être réaménagé d'ici la fin de 2021. Exploité pendant 90 ans, le campus industriel était utilisé pour produire du papier journal, des sacs en papier brun et du carton ondulé. Le site a officiellement fermé ses portes en janvier 2016.

Vivendi pourrait lancer une OPA sur Lagardère

 

Après Veolia et Suez, une autre bataille de géants se profile : celle entre Vivendi et Arnaud Lagardère. Vendredi, le groupe Vivendi, dont Bolloré est le premier actionnaire a annoncé avoir franchi 25 % du capital de Lagardère. Concrètement, Vivendi devient le premier actionnaire de Lagardère, devant le fonds activiste Amber Capital (20 %), le fonds souverain du Qatar (13 %) ; ainsi que le Groupe Arnault et Arnaud Lagardère (12,77 %). Dans sa déclaration à l’Autorité des marchés financiers (AMF) vendredi, Vivendi a indiqué avoir l’intention de monter encore au capital de Lagardère. A suivre donc, dans un contexte mouvementé dans le secteur de l'édition : on rappelle que le 24 septembre, le groupe Arnault, actionnaire de LVMH a pris 5,51 % du capital de Lagardère. Egalement, l'homme le plus riche de France avait acquis, à travers Financière Agache, 27 % de la holding personnelle d'Arnaud Lagardère, qui détient sa participation de 7,26 % dans le groupe qui porte son nom.

Cession

Engie vend ses parts à Veolia

La suite du feuilleton à rebondissements concernant le duel entre Suez et Veolia se poursuit. Cette fois, c'est Veolia qui remporte une bataille importante : l’offre de rachat de 29,9 % du capital de Suez détenus par Engie a été approuvée, lundi 5 octobre, par le conseil d’administration du géant de l’énergie. Montant de l'opération : 3,4 milliards d'euros. A noter cependant que cette décision était loin de faire l’unanimité. Surtout, elle n'a pas tenu compte des désirs de l’État qui est pourtant actionnaire de référence d’Engie avec 23,4 % du capital. Le désaccord porte notamment sur les engagements sociaux de l'acquéreur de Suez et sur lesquels l'Etat aurait souhaité avoir plus de garanties. Les syndicats de Suez s'attendent en effet à plus de 4 000 suppressions de postes en France, à l'issue de la fusion. On rappelle que si l'opération se concluait, elle donnerait naissance à un champion mondial de la transformation écologique, qui pèserait environ 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploierait environ 250 000 personnes dans le monde.

Rachat

Andritz Pulp and Paper acquiert Enviroburners

L'entreprise technologique autrichienne Andritz prend le contrôle du fabricant de brûleurs industriels Enviroburners. Précisément, cette société finlandaise conçoit des solutions de brûleurs industriels pour la production d'énergie et la protection de l'environnement. L'entreprise se spécialise dans la combustion de déchets industriels gazeux, liquides et pulvérisés, tels que les gaz odorants, le méthanol liquide et la térébenthine, les vapeurs de solvants, la poussière de bois, le monoxyde de carbone et l'hydrogène gazeux. Outre l'industrie de la pâte, du papier et de la transformation mécanique du bois, Enviroburners dessert également des clients des secteurs pétrochimique, énergétique, chimique et métallurgique.

Naming

Nouvelle stratégie de marque pour VPK

VPK annonce que sa division d’emballage en carton ondulé fonctionnera désormais sous une seule et même marque : VPK Packaging. Concrètement, VPK Packaging remplace les marques Ondulys, Rigid et Peterson respectivement en France, au Royaume-Uni, en Irlande et dans les pays nordiques. Ce changement s'accompagne d'un nouveau logo et d'une identité visuelle, inspirés de la responsabilité environnementale de VPK. Outre VPK Packaging, le portefeuille de marques global du groupe VPK comprend Corex pour la production de tubes, les Smart Packaging Solutions pour la production d’emballages en carton solide et VPK Paper pour la production de papier recyclé.

Rachat

Valmet propose à Neles de fusionner

Combat de géants dans les pays scandinaves : pour contrer l'OPA du suédois Alfa Laval (4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires), l'équipementier finlandais Valmet propose au fabricant de valves finlandais Neles de fusionner. Le groupe est soutenu par le fonds souverain finlandais Solidium qui lui a déjà cédé sa participation et juge les synergies plus importantes entre les deux finlandais qu'avec le groupe suédois. Valmet a ainsi contacté le conseil d'administration de Neles (642 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019) avec une proposition d'entamer des discussions sur une éventuelle fusion statutaire entre les deux sociétés. Si fusion il y avait, cela aboutirait à la création d'un leader mondial avec plus de 16 000 collaborateurs et plus de 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Rappelons que mi-septembre, l'équipementier a aussi signé un accord pour acquérir le groupe PMP, qui fournit des technologies de processus et des services pour les machines à papier mousseline, carton et papier en Pologne pour 64 millions d'euros.

Nomination

DS Smith nomme un nouveau directeur des ressources humaines

Darren Littleboy arrive aux commandes des ressources humaines du groupe britannique DS Smith. Auparavant, Darren était en poste chez Morgan Advanced Materials, où il officiait en tant que directeur des ressources humaines depuis près de quatre ans. Chez DS Smith, Il remplace Jacky Wearn qui occupait le poste de directeur des ressources humaines du groupe par intérim. Celle-ci assumera désormais le rôle de directrice des ressources humaines de la division Papier et recyclage de DS Smith.

OPA sur Ahlstrom Munksjö

 

Le consortium Spa Holdings 3 Oy (composé des fonds d'investissement Bain Luxco de Bain Capital, d'Ahlstrom Capital, filiale d'Ahlström Capital Oy et de Viknum, ainsi que de la société d'investissements Belgrano Inversiones), vient de lancer une offre publique d'achat sur toutes les actions du groupe finlandais Ahlstrom-Munksjö spécialisé dans les matériaux à base de fibres. Les actionnaires d'Ahlstrom-Munksjö (2,9 milliard d'euros de chiffre d'affaires) se voient offrir 18,10 € en numéraire pour chaque action d'Ahlstrom-Munkjsö. L'offre valorise l'ensemble de l'entreprise à 2,1 milliards d'euros. Il est prévu qu'à l'issue de l'OPA, Bain Luxco détienne 55 % des actions de Spa Lux Topco, la holding créée pour cette opération, Ahlstrom Capital 36 % et Viknum 9 %. Le projet des membres du consortium est de créer un programme de valorisation basé sur un plan de transformation sur les 5 prochaines années. Dernière précision et non la moindre : le conseil d'administration d'Ahlstrom-Munksjö a décidé à l'unanimité de recommander aux actionnaires de la société d'accepter l'offre publique d'achat.

Rachat

Coveris acquiert le fabricant allemand de sacs en papier HLB SFV

Le rythme des opérations de croissance externe ne faiblit : Coveris, qui s'est spécialisé dans l'emballage souple, après sa scission et la transformation de Coveris Rigid en Paccor, annonce la reprise de la société allemande de sacs en papier HLB SFV. C'est sa 4ème transaction en 12 mois. Outre les sacs en papier, la société familiale HLB SFV fabrique également des flexibles à base de papier sur bobines. Elle approvisionne les clients des segments alimentaire, alimentaire pour animaux de compagnie et industriel. Avec cette opération, Coveris va pouvoir répondre rapidement à toutes les demandes, y compris les grands volumes de grands comptes internationaux pour ces solutions de sacs. A date, Coveris possède 26 sites dans la région EMEA et compte 4100 collaborateurs. Son siège social est basé à Vienne en Autriche.

Vente

Suez est en négociations pour céder des activités recyclage au groupe allemand Schwarz

Suez, qui fait l'objet d'une offre d'achat de la part de son concurrent Veolia est entré en négociation exclusive avec PreZero, la branche environnementale du groupe allemand Schwarz, pour la vente de ses activités de recyclage et valorisation des déchets dans quatre pays d'Europe du Nord (Pays-Bas, Luxembourg, Allemagne et Pologne). Dans ces pays, Suez est l’un des leaders sur l’ensemble de la chaîne de valeur du recyclage et de la valorisation des déchets. Précisément, la société opère de la collecte au tri en passant par la transformation et le traitement et ce, pour une large variété de déchets (bois, verre, papier, métal…) au sein de 125 sites gérés par plus de 6 700 employés. En 2019, ces activités ont généré un chiffre d’affaires d’environ 1 110 millions d'euros et un EBITDA ajusté d’environ 100 millions d'euros. La cession de ces activités de recyclage est estimée à 1,1 milliard d'euros. Elle devrait être finalisée au premier trimestre 2021. Avec cette transaction, Suez atteint ainsi 40 % de son objectif de rotation d’actifs annoncé en octobre dernier dans le cadre de son plan stratégique SUEZ 2030.

KPP relève de 23,3 % son offre sur Antalis

 

C'est la grande surprise : six mois après avoir annoncé son projet d'OPA sur Antalis, le groupe papetier japonais Kokusai Pulp and Paper (KPP) relève de 23,3 % son offre sur les actions du groupe français Antalis qu’elle ne détient pas encore. Le prix d'achat des actions Antalis est porté de 0,73 euro à 0,90 euro, ce qui devrait entraîner un surcoût de 1,88 million d'euros pour un montant total de 9,93 millions d'euros correspondant à environ 16,3 % du capital restant à absorber. Rappelons que KPP a pris le contrôle d’Antalis après l’acquisition de l’intégralité des actions auparavant détenues par Sequana, la maison mère d’Antalis placée en liquidation judiciaire, et la banque publique Bpifrance. À l’issue de cette opération, finalisée en juillet, KPP détient 83,7 % du capital d’Antalis. Sur le premier semestre, Antalis a réalisé un chiffre d'affaires de 817 millions d'euros, en retrait de -23,3 % en données comparables par rapport au 1er semestre 2019 (-23,8 % en données publiées). Cette baisse reflète essentiellement le recul des volumes en Papiers accentué par la crise du Covid-19. L'EBITDA s'établit à 7 millions d'euros, en baisse de -76,2 % en données et à méthodes comptables comparables (-75,6 % en données publiées) du fait de la forte baisse d'activité.

Acquisition

Hartmann rachète le spécialiste russe de l'emballage en fibre moulée Gotek-Litar

Le danois Hartmann a conclu un accord avec les actionnaires de Gotek-Litar pour acquérir la société. Celle-ci produit des emballages en fibres moulées dans une usine de Zheleznogorsk, située à 450 kilomètres au sud de Moscou. Montant de la transaction : 116 millions de couronnes danoises (DKK), soit, 15,6 millions d'euros. Gotek-Litar compte 250 employés et a généré un chiffre d'affaires de 90 millions de DKK en 2019. Basée à Gentofte, au Danemark, Hartmann compte 2 000 employés et dispose de 12 usines en Europe, en Israël et en Amérique du Nord et du Sud. Avec cette opération de croissance externe, Hartmann étend ses activités sur les marchés porteurs d'Europe de l'Est et de Russie, où la demande d'emballages durables est en hausse.

Fusion

Le canadien CCL Industries rachète le danois Graphic West International

CCL Industries (premier fabricant mondial d'étiquettes 5,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2019), spécialisé notamment dans les solutions d'étiquettes et de sécurité, rachète Graphic West International («GWI»), une société spécialisée dans l’impression numérique d’étuis pliants pour les industries pharmaceutiques et celles qui produisent des dispositifs médicaux. Montant de l'opération : 36 millions de dollars. Cette acquisition va permettre au canadien de se renforcer sur l'impression numérique d'étuis en carton, un segment où il était peu reconnu jusqu'à présent. GWI a son siège social à Horsholm, au Danemark, avec des activités de fabrication à Nowogard, en Pologne, et à Tyler, au Texas, aux États-Unis. Il dégage un chiffre d'affaires annuel de 42 millions de dollars en 2019. La clôture de la transaction devrait être finalisée au début du quatrième trimestre 2020.

Papeterie

Top Office ferme 6 magasins

Mauvaise passe pour la chaîne Top Office (galaxie Mulliez). Le spécialiste des fournitures de bureau annonce la suppression de 105 postes (soit un tiers de ses effectifs) et la fermeture de six sites en France. Les six magasins concernés sont ceux de Bondy, Lampertheim, Mérignac, Portet-sur-Garonne, Brest et Le Havre.

Justice

L'usine Fibre Excellence de Tarascon se défend

C'est mardi que va s'ouvrir le procès de l'usine de pâte à papier de Fibre Excellence basée à Tarascon (Bouches-du-Rhône). Motif : émission de substance polluante notamment de métaux lourds et d’oxyde d'azote. Pour mémoire, l’usine de Fibre Excellence Tarascon est implantée au bord du Rhône depuis 1951. Elle a été reconstruite en 1981. Elle produit aujourd’hui 250 000 tonnes par an de pâtes à base de résineux, dans un contexte de contraintes réglementaires et environnementales très fortes. Le site appartient au groupe canadien Paper Excellence lui-même détenu par Jackson Widjaja, dont la famille dirige le géant indonésien Asia Pulp and Paper.

Nomination

Cosfibel crée un poste de direction à la tête de son Pôle Industries

Maxime d’Haussy rejoint le groupe Cosfibel et prend la direction des opérations pour le Pôle Cosfibel Industries, comprenant Shopluxe (dont il devient CEO), Grumbe, et Porto. Cette organisation permettra de faire monter en puissance l’expertise multimatériaux du groupe et d’en étendre le champ. Cette création de poste s'explique par la montée en puissance de la démarche écoresponsable du groupe. Diplômé de Novancia business school, Maxime d'Haussy a travaillé 28 ans dans l’industrie du packaging de luxe et des biens de consommation. En France, il a collaboré avec quelques-uns des plus grands groupes de l’univers Beauté et Santé tels que Rexam, Ileos, Arcade Beauty (Socoplan, Biopack), il a dirigé Mappel au Brésil et a créé la sampling unit d’Element Packaging en Floride.


Acquisition

Valmet reprend le groupe PMP

La rentrée est fructueuse pour l'équipementier Valmet qui acquiert PMP, fournisseur de technologies et de services pour les MAP produisant tissue, carton et papier dans le monde entier. Un accord vient d'être conclu dans ce sens et la finalisation de la transaction est prévue pour le 1er octobre. PMP emploie 650 personnes en Pologne, en Italie, en Chine et aux États-Unis, et a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 70 millions d'euros en 2019. Valmet a estimé la valeur de l'opération à 64 millions d'euros.

Bilan financier

Raja vise le milliard d'euros de chiffre d'affaires pour 2020

Raja effectue une rentrée sans problème et poursuit sa croissance comme si de rien n'était. Le leader européen de la distribution multicanale de fournitures et équipements pour les entreprises annonce un chiffre d’affaires de 494 millions d'euros pour le 1er semestre 2020. Ce chiffre est conforme à ses prévisions de ventes, ce qui le conforte dans la réalisation de son objectif fixé pour la fin de l'année, à savoir atteindre le milliard d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe poursuit en parallèle l’intégration de ses quatre nouvelles entreprises acquises en Octobre 2019 : JPG, Mondoffice, Kalamazoo et Bernard.

A.Celli Paper acquiert PMT Italia

 

A.Celli Paper (50 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019), filiale principale du groupe Italia Technology Alliance annonce l'acquisition de PMT (Paper Machinery Technology) Italia. A.Celli Group est une société basée à Lucques, leader dans la fourniture de machines et de technologies avancées pour le marché du tissue et des non-tissés. Quant à PMT Italia, elle est installée à Pinerolo. Elle est née en 2000 mais partage une longue tradition d'expertise et de succès en tant qu'ancienne filiale de Beloit Corporation. C'était en fait, pendant plus de 50 ans, le principal siège européen du groupe américain du nom de Beloit Italia. Avec l’entrée de A.Celli Paper, la gamme de produits de PMT Italia va pouvoir prendre un nouvel élan grâce à des synergies de groupe. « Avec cette acquisition, nous devenons le seul groupe familial italien à proposer une gamme complète de produits et services », a déclaré Mauro Celli, copropriétaire de A.Celli Paper.

Rachat

Le fabricant néerlandais DJV reprend les activités de Bangma Verpakking

En procédant au rachat Bangma Verpakking, De Jong Verpakking (DJV), fabricant de carton ondulé basé aux Pays-Bas, étend sa production dans le secteur néerlandais des fruits et légumes. Dans le détail, DJV dispose d'un réseau étendu avec des unités de pliage-collage des plateaux et cagettes carton dans divers endroits aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et en Angleterre. Il faut noter que le groupe familial Bangma Verpakking continuera à opérer sous son propre nom à l'issue de la transaction.

Acquisition

Allemagne : K&N Paper sort de sa procédure d'insolvabilité

Le groupe Schönfelder, via sa filiale Fesco, vient de finaliser l'acquisition du producteur allemand de papier recyclé Kübler & Niethammer Papierfabrik Kriebstein (K&N Paper), insolvable. Le tribunal de district de Chemnitz a décidé le 4 septembre 2020 de libérer la société de la procédure d'insolvabilité après l'approbation par les créanciers du plan d'insolvabilité. Felix Cordier et Holger Hampel ont été nommés nouveaux administrateurs de Kübler & Niethammer Papierfabrik Kriebstein. Les deux dirigeants sont également administrateurs de Schönfelder Papierfabrik. Techniquement, Kübler & Niethammer Papierfabrik Kriebstein produit des étiquettes résistantes à l’état humide et aux alcalins. Celles-ci sont fabriquées à partir de papier recyclé portant l’écolabel allemand Blue Angel.

Faillite

Coffret carton : Alliora placé en redressement judiciaire

Fin de partie pour le fabricant de coffrets carton premium Alliora. Il a été placé en redressement judiciaire cet été. Situé à Fougères en Ille-et-Vilaine, il avait été racheté par le groupe italien Gpack en 2017. L'entreprise qui a enregistré un chiffre d'affaires de 9,9 millions d'euros en 2018 est suivie par un administrateur judiciaire pour une période d'observation de 6 mois. Fabricant de coffrets destinés aux secteurs parfums, cosmétiques, vin et spiritueux, et accessoires, Alliora dispose d'une capacité de production de 15 millions de coffrets par an. Basé à Milan, GPack possède six usines en Italie, une en Pologne et Alliora en France.

Fusion Veolia-Suez : les négociations sont plus que houleuses

 

C'est le feuilleton de la rentrée. Depuis que Veolia a dévoilé son intention de racheter Suez, c'est la guerre. Avec, au centre, les salariés de Suez qui ont carrément débrayé pendant deux heures pour protester contre ce projet. Obligeant Veolia à se découvrir davantage. On en sait donc un peu plus sur les intentions de ce dernier qui propose un rachat en deux temps : d'abord reprendre la participation d’Engie, puis lancer une OPA sur le reste des actions. Car Antoine Frérot, le patron de Veolia, pressent que l’Autorité de la concurrence ne verrait pas ce rapprochement en France d'un bon oeil. Trop dominant. Dans ce contexte, il propose de céder les activités de Suez dans la gestion de l’eau (ex-Lyonnaise des Eaux) à la société d'investissement Meridiam. Dernier argument asséné par Veolia : en opérant ce rapprochement avec Suez, il formerait un géant français des services aux collectivités, de taille à rivaliser avec d’éventuels concurrents chinois. On parle véritablement de géant car Suez et Veolia sont deux acteurs majeurs dans les secteurs déchets, eau… Veolia réalise ainsi un chiffre d'affaires de 27 milliards d'euros dans 3 activités (eau, énergie, déchets). L'activité déchets avec Veolia Propreté traite 50 millions de tonnes annuelles. Pour sa part, Suez affiche un chiffre d'affaires de 18 milliards répartis à peu près également dans l'eau et la gestion des déchets (45 millions de tonnes traitées annuellement).

Can Packaging racheté par Sonoco

 

La rentrée démarre sous les chapeaux de roue dans le secteur de l'emballage avec une transaction d'importance, celle concernant le spécialiste des boîtes d'emballage alimentaire en carton Can Packaging, qui possède deux usines en France à Habsheim en Alsace et à Ancenis dans les Pays de la Loire ainsi qu'un centre de recherches. Le groupe américain Sonoco vient ainsi d'en faire l'acquisition moyennant 41,7 millions d'euros. Avec cette opération, Sonoco veut renforcer ses positions sur le marché de la boîte de forme en carton (canister). Créée en 1989 par Georges Sireix, Can Packaging emploie une soixantaine de salariés. Cette année, il devrait enregistrer un chiffre d’affaires d'environ 20 millions d'euros.

Rachat

Kimberly-Clark acquiert Softex Indonésia

Softex Indonesia est le leader sur le marché indonésien des soins d’hygiène et a généré un chiffre d'affaires net d'environ 420 millions de dollars en 2019. Le marché des couches en Indonésie est actuellement estimé à 1,6 milliard de dollars, le sixième en importance au monde, avec environ cinq millions de naissances annuelles. Environ 80 % des ventes de Softex Indonésia proviennent des couches, et elle occupe actuellement la deuxième place de marché avec les marques Sweety et Happy Nappy. En rachetant cette société, Kimberly-Clark réalise donc une bonne opération qui va lui permettre d'accélérer la croissance dans ces marchés en développement. La transaction s'élève à environ 1,2 milliard de dollars et est réalisée avec un groupe d'actionnaires comprenant CVC Capital Partners Asia Pacifique IV.

Collecte des papiers : Paprec acquiert l'entreprise francilienne Privacia

 

La société francilienne Privacia vient d'être reprise par Paprec (plus de 1,5 milliard d’euros de chiffre d'affaires). Créée en 2009, cette entreprise de 43 personnes est initialement spécialisée dans la destruction confidentielle de documents chez le client. Après l’acquisition d’un site à Noisy-le-Sec (en Seine-Saint-Denis), l’entreprise s’est diversifiée dans la collecte et le recyclage de déchets issus d’activités du secteur tertiaire. L’entreprise réalise un chiffre d’affaires annuel de 6 millions d’euros et compte une vingtaine de véhicules de traitement et de collecte. Paprec justifie ce rachat en indiquant qu'il a pour vocation de compléter les activités franciliennes de sa filiale La Corbeille Bleue, numéro un du recyclage des déchets de bureaux en France.

Cession

Cordier Spezialpapier cède deux usines allemandes

Le producteur de pâte, de papier et de carton Cordier Spezialpapier a vendu les deux usines allemandes de sa division Technical Papers au groupe Dynos. Ce dernier est spécialisé dans la production de fibres vulcanisées, qui servent de supports aux disques d'abrasion par exemple. Pour mémoire, Cordier Spezialpapier avait lancé une procédure d'insolvabilité début 2020.

UPM Communication Papers prévoit de fermer son usine de Kaipola

Au plus tard fin 2020. C'est la date à laquelle UPM Communication Papers prévoit de fermer son usine de Kaipola. La fermeture prévue des trois machines à papier d'UPM Kaipola entraînerait une réduction permanente de 720 000 tonnes de capacité de papier graphique : 450 000 tonnes de papier journal et 270 000 tonnes de papier couché avec bois. En parallèle, UPM Biorefining et UPM Specialty Papers annoncent des plans de réorganisation et de rationalisation des activités dans les usines de pâte finlandaises, UPM Forest et UPM Tervasaari. Les actions prévues se traduiraient par des économies de coûts annuelles de 75 millions d'euros. Enfin, UPM annonce aussi qu'il veut vendre son usine UPM Shotton au Pays de Galles, dont la capacité de production actuelle s'élève à 250 000 tonnes de papier journal.

Fusion

Veolia veut racheter Suez

La rentrée démarre sur les chapeaux de roues dans le domaine du traitement de l’eau et des déchets avec l'annonce de Veolia, qui veut intégrer le groupe Suez. Dans cette optique, Veolia a remis à Engie une offre ferme à 2,9 milliards d’euros pour acquérir 29,9 % des actions de Suez. Si cette opération aboutissait, Veolia déposerait alors une offre publique d’achat pour le reste des actions. Une transaction évaluée à environ 10 milliards, auxquels s’ajoute la dette de Suez. Objectif : devenir le champion mondial de l'environnement, avec 41 milliards de chiffres d'affaires en cumulé et 260 000 salariés. Reste que pour le moment, ce n'est pas acquis. Car réuni en urgence, lundi 31 août dans l’après-midi, le conseil d’administration de Suez a rejeté le projet. Affaire à suivre.

Investissement

MP Hygiene lance un plan d'investissement de 60 M€

Place à l'action ! La période compliquée ne freine pas les projets du fabricant ardéchois de produits d'hygiène à usage unique, qui lance la construction d'une seconde papeterie à Annonay et de deux lignes de production pour fabriquer essuie-mains et papier toilette. L'ensemble sera opérationnel d'ici à trois ans. Montant de l'investissement : 60 millions d'euros.

Nomination

Rémi Poirson, nouveau CEO de Kraft France à Smurfit Kappa

Du nouveau dans l'organisation de SK Cellulose du Pin et SK Comptoir du Pin ! Depuis le 2 juillet, Rémi Poirson est CEO de Kraft France, couvrant ainsi les opérations de SK Cellulose du Pin et SK Comptoir du Pin. Le successeur de Nicolas Le Feuvre est directement rattaché à Reinhard Reiter, CEO de Smurfit Kappa Virgin Fibre Cluster. Rémi Poison jouit d'une grande expérience dans l'industrie du papier, il a rejoint Smurfit Kappa en 2014 comme directeur de l'usine de Saillat pour ensuite devenir président de l'activité papier recyclé en France (SKPRF).

Antalis rachète les marques Cocoon et Cyclus

 

Pendant cette phase de reprise, Pap'Argus continue à vous apporter les clés pour comprendre la situation actuelle et son devenir.

 

Antalis, premier distributeur de papiers, de solutions de communication visuelle et de produits d'emballage en Europe avec 2,1 milliard d'euros de chiffre d'affaires réalisé en 2019, consolide sa position de leader sur le marché du papier recyclé en rachetant les marques historiques Cocoon et Cyclus. Une manière de préserver les marques qu'Antalis avait bâties : Cocoon et Cyclus étant distribués en exclusivité par Antalis et produits par feue Arjowiggins, sa société sœur au sein de l'ex- groupe Sequana. Ces deux marques, emblématiques de papier 100 % recyclé sont devenus une véritable référence pour les entreprises soucieuses des enjeux du développement durable. Cocoon propose des papiers de qualité supérieure, 100% recyclés, couchés et non couchés, d'une blancheur exceptionnelle (CIE 150 pour les papiers non couchés et CIE 120 pour les papiers couchés). Cette marque, fabriquée à partir de fibres recyclées provenant de papiers de bureau de haute qualité, offre un toucher ultra-lisse, une finition de surface très homogène, une excellente qualité d'impression avec des couleurs vives et une bonne opacité. Quant à la gamme Cyclus, elle est parfaitement adaptée à l'impression au quotidien et aux occasions spéciales. Avec sa teinte naturelle et son aspect authentique, Cyclus offre une blancheur naturelle mais aussi une surface mate sans reflet. Rappelons qu'Antalis a été rachetée cette année par le groupe japonais Kokusai Pulp and Paper (KPP), leader de la distribution de papiers en Asie et en Australie.

Finance

La recapitalisation de Lecta est actée

L'entrée en vigueur de la recapitalisation est fixée au 16 juillet 2020. A cette date, la recapitalisation permettra à au papetier espagnol de lever environ 100 000 000 euros. Cette opération permettra d'améliorer le profil de liquidité du groupe, de réduire son endettement net et d'augmenter sa flexibilité. Eduardo Querol reste pdg et Andrea Minguzzi directeur financier. Mais dans les publications du groupe sur cette recapitalisation, on voit apparaître de nouveaux entrants au Conseil d'administration notamment Dermot Smurfit (en tant que président du conseil d'administration), Javier Abad, Dominique Binet and Marco Casiraghi. Les fonds, parmi lesquels le hedge fund Cheyne, qui ont investi dans Lecta, en rachetant sa dette, vont certainement vouloir peser sur le groupe. Affaire à suivre.

Forêt

BillerudKorsnäs dispose de 36 000 hectares d'actifs forestiers

BillerudKorsnäs, qui possède 8 sites de production en Suède, en Finlande et au Royaume-Uni, recense 36 000 hectares d'actifs forestiers dont environ 18 000 hectares sont des forêts productives. La société a choisi de changer la méthode comptable d'évaluation des actifs forestiers de la valeur d'acquisition au modèle de réévaluation basé sur la juste valeur, principalement en fonction des prix de transaction des propriétés forestières dans des zones comparables. La plupart des forêts sont situées dans des zones montagneuses du Jämtland et de la Dalécarlie, où la part des forêts productives est relativement faible. Près de 2 000 hectares, dont 1 000 sont productifs, sont situés à proximité des sites de production du groupe en Suède. Selon les statistiques actuelles du marché, le prix moyen des actifs forestiers est estimé à environ 10 900 SEK par hectare. Sur cette base, les actifs forestiers sont évalués à 393 millions de couronnes suédoises. Cette juste valeur dépasse considérablement la valeur comptable précédemment comptabilisée, de 280 millions de couronnes suédoises. La variation de valeur liée aux actifs biologiques de 132 millions SEK sera comptabilisée dans le compte de résultat et en tant qu'élément affectant la comparabilité dans les résultats du deuxième trimestre 2020. La variation de valeur liée aux terres forestières de 148 millions de couronnes suédoises sera comptabilisée dans les autres éléments du résultat global. A noter que BillerudKorsnäs prévoit de posséder 15 400 hectares supplémentaires d'actifs forestiers à la suite des transactions avec Bergvik Skog Öst AB en 2019, dont environ 5500 hectares sont des terres forestières productives, lorsque les processus cadastraux pour ces propriétés seront finalisés.

Forêt

BillerudKorsnäs dispose de 36 000 hectares d'actifs forestiers

BillerudKorsnäs, qui possède 8 sites de production en Suède, en Finlande et au Royaume-Uni, recense 36 000 hectares d'actifs forestiers dont environ 18 000 hectares sont des forêts productives. La société a choisi de changer la méthode comptable d'évaluation des actifs forestiers de la valeur d'acquisition au modèle de réévaluation basé sur la juste valeur, principalement en fonction des prix de transaction des propriétés forestières dans des zones comparables. La plupart des forêts sont situées dans des zones montagneuses du Jämtland et de la Dalécarlie, où la part des forêts productives est relativement faible. Près de 2 000 hectares, dont 1 000 sont productifs, sont situés à proximité des sites de production du groupe en Suède. Selon les statistiques actuelles du marché, le prix moyen des actifs forestiers est estimé à environ 10 900 SEK par hectare. Sur cette base, les actifs forestiers sont évalués à 393 millions de couronnes suédoises. Cette juste valeur dépasse considérablement la valeur comptable précédemment reconnue, de 280 millions de couronnes suédoises. A noter que BillerudKorsnäs prévoit de posséder 15 400 hectares supplémentaires d'actifs forestiers à la suite des transactions avec Bergvik Skog Öst AB en 2019, dont environ 5500 hectares sont des terres forestières productives, lorsque les processus cadastraux pour ces propriétés seront finalisés.

Le nouveau Premier Ministre Jean Castex visite une usine pour son premier déplacement

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Le nouveau Premier ministre, le remplaçant d'Edouard Philippe, Jean Castex, 55 ans, a voulu signifier l'importance qu'il accordait à l'industrie. Jean Castex, haut fonctionnaire, énarque, qui a été conseiller et secrétaire général adjoint de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, est maire Les Républicains de Prades, dans les Pyrénées orientales, depuis 2008. Et avant de prendre ses dernières fonctions de Monsieur déconfinement au ministère de la Santé, Jean Castex était délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris. Pour son premier déplacement officiel, il s'est rendu sur le site d'une usine de semi-conducteurs dans l'Essonne, aidée par l'Etat pendant la crise sanitaire. Une manière de montrer qu'il s'engage pour l'industrie et la relocalisation des emplois en France, ce qui est un point positif pour notre filière. On attend maintenant les actes. Son prochain grand rendez-vous est prévu pour mercredi 8 juillet, date à laquelle il tiendra son premier conseil des ministres.

Résultats annuels

+ 5 % de bénéfices d'exploitation pour DS Smith

DS Smith réalise de bonnes performances sur son exercice 2019-2020. Il enregistre un chiffre d’affaires global de 6,043 milliards de livres sterling et un bénéfice d’exploitation de 660 millions de livres sterling en hausse de 5 %. Pour la région Europe du Sud, DS Smith passe d’un chiffre d’affaires de 2,024 milliards à 2,214 milliards de livres sterling, soit + 10 % avec un bénéfice d’exploitation en croissance de + 70 % à 314 millions de livres sterling. Lors de la publication de ses résultats, le groupe a expliqué que la cession de sa division Plastiques avait renforcé sa concentration sur les emballages à base de fibres durables. Il a aussi bien entendu évoqué l'impact du Covid-19, tout en soulignant que son modèle d'affaires basé sur une base de clients FMCG (Fast-Moving Consumer Goods) et d'e-commerce était résilient. À court terme, cependant, l'impact de Covid-19 est susceptible d'avoir une incidence sur les volumes pour ses clients industriels et d'augmenter in fine ses coûts d'exploitation. En particulier, les contraintes d'infrastructure ont entraîné une hausse des prix des OCC, même si le groupe prévoit que l'impact sera limité au premier semestre.

Papier Union et Papyrus Germany sont désormais Inapa Deutschland

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Depuis le 1er juillet 2020, les deux grossistes en papier Papier Union et Papyrus Deutschland ont fusionné pour devenir Inapa Deutschland. Ceci achève la consolidation du groupe Inapa, Portugal, société mère de Papier Union, Papyrus Deutschland et Inapa Deutschland, dans le cadre de la réorganisation conjointe du groupe portugais Inapa et de l'ancienne filiale de Stora Enso le groupe suédois Papyrus qui avait notamment vu il y trois ans Inapa reprendre Papyrus France. Inapa Deutschland emploie désormais plus de 1 000 personnes sur de nombreux sites en Allemagne. Le siège social est situé à Hambourg. En combinant les forces des deux sociétés, une gamme de produits unifiée et une logistique renforcée, le groupe Inapa voit la bonne réponse stratégique aux défis actuels et futurs du marché du papier. Les domaines des solutions d'emballage individuel et de l'impression grand format continueront d'être représentés par les filiales Inapa Packaging et Inapa ComPlott (anciennement ComPlott Papier Union). Le nouveau site web d'Inapa Allemagne se trouve à l'adresse www.inapa.de.

Production

Le n°1 des jeux de sociétés se relocalise en France

Blanc Manger Coco, cela vous parle ? C'est LE jeu de société (à cartes) qui a fait une large percée dans les foyers. Plus de 1,5 millions d'exemplaires vendus depuis 2014 ! Suite à ce succès, Hiboutatillus, l'éditeur qui a produit ses 15 000 premiers jeux en Chine, décide de rapatrier sa production en Europe, d'abord en Allemagne, puis en France, dans l'usine France cartes de Nancy (Cartamundi), spécialisée dans la fabrication de cartes à jouer : 350 000 jeux y sont produits l'an dernier. Objectif de cette année : 500 000. Le but étant d'obtenir une fabrication 100 % made in France pour la totalité de ses jeux à l'horizon 2021.

Qui est Pierre Petit, président de Paper Mill Industries, repreneur de la papeterie de Bessé-sur-Braye ?

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Un spécialiste du droit : durant plus de 40 ans, Pierre Petit a été avocat à Paris. Puis il a rencontré James Dottori, président du groupe canadien éponyme, spécialisé dans le domaine des produits forestiers et du papier, qui n’a plus d’activité en Europe depuis 2017. Or, Celui-ci était en recherche d’opportunités en France. L'occasion de reprendre l'usine Arjowiggins de Bessé-sur-Braye (filiale du groupe papetier Sequana), dans la Sarthe, en liquidation judiciaire depuis mars 2019, s'est alors présentée. « James m'a demandé d'être le représentant légal de sa structure. PMI a été créée en juillet 2019 : c'est la structure juridique adhoc constituée pour reprendre le site industriel, témoigne-t-il. J'en suis le Président et James, le directeur général. » Le duo a pour programme de réindustrialiser le site autour de plusieurs activités. « L'idée, explique-t-il, est d’abandonner la production de papier magazine, peu rentable, pour nous concentrer sur des marchés de niche à haute valeur ajoutée ». Retrouvez l'Interview intégrale dans le prochain numéro de Pap'Argus.

Japan Pulp & Paper achète les actions restantes de Radms Paper

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.


Décidément l'Europe semble attrayante pour les Japonais, après Antalis racheté par Kokusai Paper & Pulp, voilà l'un de ses concurrents Japan Pulp & Paper (JPP), société basée au Japon, principalement active dans la vente en gros de pâtes et papiers, qui rachète Radms, unique propriétaire de l'importateur et grossiste britannique de papiers et de matériaux d'emballage Premier Paper Group (233 M £ de chiffre d'affaires en 2018). Avec un chiffre d'affaires de plus de 5 milliards de dollars (4 milliards de livres sterling), JPP est présente en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Asie, au Moyen-Orient, en Australasie et en Europe - et est surtout connue au Royaume-Uni pour sa division Edition Gould Paper Sales. Avec ces différentes opérations de rachats, se pose la question suivante : soit les entreprises européennes ne sont pas chères à l'aune nippone, soit l'Europe est un bon terrain de jeu pour les investisseurs japonais du secteur. A suivre.

Arjowiggins Bessé est repris par le Canadien Paper Mill Industries

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Surprise ! Le site papetier d’Arjowiggins (ex-filiale de Sequana), basé à Bessé-sur-Braye (Sarthe) est finalement racheté par Paper Mill Industries (PMI), filiale du groupe canadien Dottori. Créé en 1972 par Frank Dottori industriel et investisseur canadien, le groupe Dottori est spécialisé dans l’industrie du bois et plus particulièrement dans le domaine des produits forestiers et du papier. Son fils James Dottori en est aujourd’hui le directeur général. Le repreneur est prêt à recruter 240 salariés d'ici 2025. En priorité parmi les anciens de l'usine. C'est le tribunal de commerce de Nanterre, le même qui avait prononcé la liquidation judiciaire de l’usine Arjowiggins de Bessé-sur-Braye en mars 2019, qui a accepté par ordonnance le vendredi 19 juin 2020 l’une des deux offres de reprise émises ces dernières semaines. Le canadien veut revitaliser le site et compte mener plusieurs programmes de front : activité bois, recyclage de fibres textiles, production de papier durable, d’art et de sécurité. Egalement, la société souhaite créer un incubateur pour permettre à des start-ups de développer leurs projets et d’intégrer leurs innovations dans l’industrie de la société. Pour mémoire, l'usine de Bessé-sur-Braye a été fondée en 1824 et produisait jusqu'à sa fermeture des papiers d'impression-écriture, des étiquettes, des emballages et des papiers laminés.

Chapelle Darblay obtient in extremis 12 mois de sursis

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

C'est un petit répit mais un grand soulagement pour les équipes de l'usine du papetier finlandais UPM, installée près de Rouen. Le site ne sera pas démantelé avant juin 2021 : voilà ce qu'a obtenu la CGT en échange de son feu vert sur le PSE (230 salariés licenciés). Le maintien de l'outil industriel laisse la possibilité à d'éventuels repreneurs de se positionner. Rappelons que des négociations avancées avaient eu lieu avec le groupe belge VPK Packaging, spécialisé dans l’emballage carton, mais la crise du Covid-19 a tout fait stopper. Il pourrait néanmoins se montrer de nouveau intéressé dans les mois qui viennent. Le potentiel de l'usine est important : elle dispose d'une capacité de recyclage de 450 000 tonnes (avec trois unités de désencrage).

Vente

La vente des machines de feu ArjoWiggins de Jouy-sur-Morin a rapporté 1,7 million d'euros

La fin de l'histoire d'une usine est toujours un épisode marquant. Ce fut sans nul doute le cas pour le site de production d'ArjoWiggins de Jouy-sur-Morin, placé en liquidation en janvier 2019. Cette usine fabriquait du papier pour billets de banque, pour des permis de conduire ou des cartes grises. Ses machines (553 lots) ont été vendues aux enchères pour 1,7 million d’euros, montant qui permettra de réduire une partie du passif évalué à 10 millions d'euros. C'est un acheteur anonyme qui a renchéri, à la toute fin, sur l’ensemble du produit des ventes. Pas moins de 700 personnes ont suivi ces enchères.

Web

Découvrez le nouvel espace Fabriqué en France sur inapa.fr !

La promotion du « Made in France » qui s’intensifie depuis plusieurs années déjà, prend une résonance particulière dans le contexte économique actuel. La volonté de consommer local pour soutenir la reprise de l’économie française est une réalité pour de nombreux consommateurs. Dans ce contexte, Inapa a décidé de regrouper tous ses produits fabriqués sur le territoire national dans un nouvel espace baptisé Fabriqué en France sur son site internet. Composé de papiers offsets, couchés, de ramettes, bristols et dossiers, de papiers de création, d’enveloppes, de supports pour la communication visuelle, mais aussi d’emballages et de consommables graphiques, cet espace permettra aux clients souhaitant consommer localement de facilement trouver les produits adaptés à leurs projets.

Nomination

Wouter van Tol, nouveau responsable du développement durable et des affaires gouvernementales chez DS Smith

Wouter van Tol va ainsi diriger le développement durable et les affaires publiques au sein du groupe britannique, y compris ses divisions emballage, papier et recyclage. Wouter van Tol rejoint DS Smith après trois ans en tant que responsable mondial de la responsabilité d'entreprise au sein de la société d'emballage alimentaire Huhtamaki, où il était responsable du développement et de la mise en œuvre de sa stratégie de durabilité Packaging for Good. Vrai poids lourd de l'industrie avec plus de deux décennies d'expérience, van Tol a précédemment occupé des postes de direction chez Procter & Gamble, Nestlé et Samsung.

 

Brésil : 1,1 milliard de dollars pour LD Celulose

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Ce financement, co-dirigé par IFC et IDB Invest, soutiendra le programme d'investissement de LD Celulose pour 2020-2022, qui consiste en la construction d'une usine de pâte dissolvante (DWP) dans l'État de Minas Gerais, au Brésil, et l'installation d'une centrale de cogénération d'une capacité de 144 mégawatts. Dans le cadre du projet, LD Celulose plantera et gèrera également durablement environ 70 000 hectares de plantations d'eucalyptus. L'usine comptera parmi les plus productives et les plus écoénergétiques au monde. Une fois opérationnelle en 2022, elle aura la capacité de produire jusqu'à 500 000 tonnes de pâte dissolvante par an. Cet investissement contribuera ainsi à renforcer la compétitivité de l'industrie de la pâte au Brésil. Pour mémoire, la joint-venture LD Celulose, créée en 2019, est détenue à 51 % par Lenzing, un spécialiste du marché des fibres cellulosiques à base de bois et à 49 % par Duratex, le plus grand producteur de panneaux de bois industrialisés de l'hémisphère sud.

En difficulté

NSC Packaging placé en redressement judiciaire

C'est le groupe alsacien, NSC-Schlumberger, propriétaire du fabricant de lignes de production d'emballage installé à Vouziers (Grand Est) qui a annoncé la mauvaise nouvelle. NSC Packaging, qui couvre l’activité de NSC Packaging SAS (anciennement dénommée Fege) et celle de la société Pakea, fabricant de machines pour la production d'emballages, accuse une baisse d'activités de 17 % sur l'année écoulée. Ajouter à cela la crise provoquée par la pandémie, et l'explication coule de source pour comprendre les difficultés du groupe. Par conséquent, pour préserver sa trésorerie, NSC-Schlumberger (-16 % de chiffre d'affaires en 2019, à 86,7 millions d'euros) préfère prendre les devants et placer sa filiale en redressement judiciaire.

Marc Sanchez, président d'Essity France est décédé

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Le monde de l'hygiène est en deuil. Marc Sanchez, 63 ans, charismatique président d'Essity (Lotus, Tork, Demak'Up) nous a quittés de façon soudaine le 24 mai 2020. En près de 30 ans, il aura marqué Essity de son empreinte entrepreneuriale, managériale et avant tout humaine. Il était président de SCA Hygiène et avait accompagné la scission et le changement de nom en Essity. Il représentait également Essity au sein du Syndicat Professionnel Group’hygiène dont il dirigeait les activités depuis plusieurs années. Outre ses fonctions de représentation d'Essity France auprès de COPACEL, Marc Sanchez a également œuvré à une collaboration plus étroite entre les structures professionnelles de notre filière, en étant durant plusieurs années Président du Mouvement de l'Intersecteur Papier-Carton (MIP). Toute l’équipe de Pap’Argus transmet à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances.

Emballage

Le belge VPK devient l'actionnaire majoritaire de CorrBoard

Décidément, le groupe belge VPK (1,4 milliard d'euros de chiffre d'affaires) se révèle très actif et poursuit sa stratégie d'investissements. Alors qu'il vient d'acquérir une partie du capital de l'auvergnat Viallon Emballage, le voilà qui devient actionnaire majoritaire du fabricant britannique de plaques ondulées CorrBoard, situé à Scunthorpe. Dans le détail, il a augmenté sa participation de 30 % pour devenir actionnaire à 50 %. Cette opération lui permet de se renforcer sur le sol britannique où il possède déjà quatre sites de production. Pour mémoire, VPK a été créé en 1935 et s'est rapidement spécialisé dans les produits recyclables comprenant les emballages en carton ondulé, en carton compact, les tubes… par une politique très active de croissance externe.

Acquisition

Le belge VPK entre au capital de Viallon Emballage

Le carton ondulé aime les grands groupes pour la capacité d'investissement et les productions locales pour la règle des 300 km, d'où la concentration et le maillage territorial. L'entrée du belge VPK dans le capital de Viallon Emballage suit cette double logique. Cerise sur le gâteau, Viallon a développé une activité d'impression numérique qui permet de personnaliser sa production. Déjà propriétaire d'Ondulys qui exploite plusieurs sites en France, le groupe belge VPK (1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires dans le monde, 6200 collaborateurs) poursuit ainsi ses opérations de croissance externe dans l'Hexagone en prenant une participation dans le capital de Viallon Emballage, spécialisé dans les solutions d'emballage en carton ondulé et des PLV pour le vin et les industries alimentaires. Cette opération stratégique permet à VPK de s'étendre dans le secteur Auvergne-Rhône-Alpes, Viallon Emballage étant basé à Saint-Just-Malmont (Haute-Loire). Aussi, cette fusion lui assure un élargissement de sa gamme de produits et services dans le carton ondulé. Viallon Emballage, dirigé par la famille fondatrice, affiche en effet une capacité annuelle de production de 45 000 tonnes, soit 70 millions de mètres carrés de carton ondulé. A date, le cartonnier VPK compte 1250 salariés en France, répartis sur 12 sites.

Le papetier géant Suzano établit un record de vente de pâte au premier trimestre

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Le numéro 1 de la pâte à papier en Amérique Latine communique ses chiffres de ventes sur le premier trimestre : 2,9 millions de tonnes de pâte ont été vendues sur la période. Comparativement au même trimestre l'an dernier, le volume des ventes de pâte a augmenté de 65 %. Dans le secteur du papier, le volume des ventes s'est élevé à 268 000 tonnes. En conséquence, sur une base consolidée, Suzano a vendu 3,1 millions de tonnes de pâtes et papiers. Des chiffres qui attestent de la résilience de l'entreprise durant la propagation du coronavirus dans le monde. Pour autant, prudent, Suzano a annoncé une réduction de ses dépenses d'investissement. Dans la foulée, le groupe brésilien communique sur sa décision d'arrêter la production de papier dans ses usines de Mucuri et Rio Verde au cours des mois de mai et juin, pour réduire d'environ 50 000 tonnes sa production de papier. Ceci pour adapter sa production à la demande du marché.

Acquisition

Verpack ouvre son capital

Du nouveau pour le spécialiste de packaging de luxe en carton, propriété de la famille Viers. Il ouvre son capital à hauteur de 25 % à Crédit Mutuel Equity. Cela reste néanmoins une participation minoritaire et la famille Viers reste donc majoritaire unique. But de la manoeuvre : avoir plus de moyens à sa disposition pour renforcer sa présence dans les vins et spiritueux et procéder à des opérations de croissance externe. A date, le groupe familial Verpack possède cinq sites de production, quatre en France et un en Tunisie. Il a généré l'an passé un chiffre d’affaires de l'ordre de 43 millions d’euros, en augmentation de plus de 13 %. Rappelons que Verpack a successivement racheté Cartonnages Guillaume, CLP Packaging et Korus Packaging.

Tissue

Grâce à la pandémie, Essity enregistre de bons résultats au premier trimestre

Le groupe suédois Essity (Lotus, Tork, Demak’Up…) a enregistré une progression de 19 % de son chiffre d’affaires sur le seul mois de mars. L'explication réside dans la sur-consommation de produits d'hygiène. Clairement, il y a eu une forte demande des ménages, notamment en papier toilette. Comme le montrent les chiffres de Nielsen : lors de la première semaine du confinement, les ventes de papier toilette ont bondi de 103 % en grandes et moyennes surfaces et celles d’essuie-tout de 98 %. Du 16 mars au 12 avril, les ventes de produits d’entretien ont progressé de 71 % sur les seuls drives et celles de papier de 56 %. Si cette progression est valable pour la grande consommation, la mise à l’arrêt du circuit cafés-hôtels-restaurants, en revanche, a pénalisé la filière. L'un dans l'autre, le groupe affiche néanmoins un bon bilan. La société suédoise vient en effet de publier son rapport préliminaire pour le premier trimestre, qui indique une hausse de près de 10 % de ses ventes par rapport au 1er trimestre de 2019. Rappelons qu'Essity fabrique des produits d’hygiène papier à destination du grand public et des professionnels, pour 60 % à partir de fibres vierges certifiées et 40 % à partir de fibres recyclées.

Bilan

Sappi analyse l'impact du Covid-19 sur ses résultats

Quid de l'impact du Covid-19 sur la rentabilité des papetiers ? Lors de la publication de ses résultats trimestriels, Sappi a donné quelques éléments de réponse. Finalement, la pandémie a eu un impact relativement faible sur sa rentabilité au 2e trimestre (exercice décalé avec un second trimestre terminé fin mars). Steve Binnie, directeur général de Sappi a déclaré: «Je suis très satisfait de la solide performance des emballages et des papiers de spécialité qui a vu la contribution de l'EBITDA presque doubler. Je suis également satisfait des solides résultats du segment des papiers graphiques ainsi que de l'augmentation significative de la part de marché dans les deux segments. Malgré ces bonnes performances, les résultats ont été négativement impactés en raison des prix historiquement bas de la pâte dissolvante et des volumes de ventes réduits. »

 

Heureusement, la stratégie de diversification du groupe dans des segments à plus forte marge porte ses fruits. Notamment, le secteur des emballages et des papiers de spécialité a poursuivi sa croissance malgré la faible demande de cartons-caisses en Afrique du Sud. L'amélioration de la gamme de produits et de l'efficacité des machines, combinée à la baisse des coûts des intrants et à l'augmentation des volumes de vente en Europe et en Amérique du Nord, a contribué positivement. Les volumes de vente d'emballages et de papiers de spécialité en Europe ont augmenté de 5 % par rapport à l'année précédente, les emballages liés à l'alimentation et à l'hygiène connaissant une demande particulièrement forte. En Amérique du Nord, les volumes de vente d'emballages et de papiers de spécialité ont augmenté de 49 % par rapport au trimestre précédent. Quant à l'Afrique du Sud, les volumes des ventes de cartons-caisses se sont redressés par rapport au premier trimestre, mais restent inférieurs de 4 % à ceux de l'année précédente. Enfin, le groupe relève que les gains de parts de marché du papier couché sans bois en Amérique du Nord et en Europe ont permis de contrer la détérioration continue de la demande de papier graphique.

 

Quid du 3e trimestre ? Sappi avertit que ses principaux clients en pâte dissolvante lui ont déjà notifié leur intention de réduire leurs commandes. En avril, ses volumes de ventes étaient déjà inférieurs d'environ 35 % aux prévisions. Par conséquent, Sappi réduit la production de pâte dissolvante dans chacune de ses usines. Quant aux ventes de papier graphique en avril, elles ont été sensiblement plus faibles, enregistrant une baisse de 27 % des volumes en Europe et en Amérique du Nord.

Voith finalise l'acquisition de Toscotec

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

Annoncé juste avant Noël dernier, l’acquisition du constructeur de machines à papier italien Toscotec par le géant allemand Voith est finalisée. Basé à Lucca, en Italie et détenant des filiales en Chine et aux États-Unis, Toscotec fournit à ses clients du secteur du papier, du carton et du tissue, des lignes complètes de production. Avec sa gamme de produits et de services, Toscotec va ainsi renforcer la division Papier du groupe équipementier Voith également actif dans les domaines de l’énergie, de l’automobile et des matériaux de construction notamment. Le groupe Voith compte aujourd'hui plus de 19 000 employés, un chiffre d'affaires de 4,3 milliards d'euros et des sites dans plus de 60 pays à travers le monde.

Usine

Incendie à l'usine belge de cartons recyclés de VPK Oudegem

C'est le troisième incendie en neuf mois qui s'est déclenché fin avril dans le parc à papiers récupérés de l'usine belge de VPK à Oudegem. Le site est spécialisé dans les solutions personnalisées d’emballage en carton ondulé. Précisément, l'usine produit des cartons ondulés à base de papiers récupérés sur trois machines et a une capacité de production d'environ 550 000 tonnes par an. L'incendie était d'importance puisque les opérations de lutte contre le feu ont pris fin deux jours après seulement. On devrait en savoir plus sur l'étendue des dégâts dans les jours qui viennent.

Solidarité

Vistaprint offre gratuitement ses services de conception graphique

Certains fournisseurs se mettent en quatre pour aider leurs clients à passer cette période difficile. C'est le cas de Vistaprint. Jusqu’au 10 mai, le spécialiste de l'impression en ligne de produits personnalisés donne accès à tous ses services graphiques : création ou modification de graphismes, conception de logos et création de visuels pour les réseaux sociaux. L'idée est de donner un coup de pouce aux entreprises en leur permettant d’actualiser leur identité visuelle, de repositionner leur marque et d’optimiser leur présence en ligne pendant le COVID-19. Le service permet également de personnaliser ou de retoucher ses produits photo, pour offrir un cadeau original à ses proches ou finaliser ses albums photos. Pour en profiter, rien de plus simple : il suffit de rédiger un brief créatif sur la page du site Vistaprint. Les clients ont ensuite la possibilité d’échanger par e-mail, ou de prendre rendez-vous en ligne avec un graphiste, s’ils souhaitent un accompagnement en direct.

Nomination

Stora Enso nomme Lars Völkel à la tête de la division Produits du bois

C'est une nomination importante puisque Lars Völkel va occuper plusieurs postes : celui de vice-président exécutif, celui de chef de la division Produits du bois et il devient aussi membre de l'équipe de direction du groupe. Il débutera le 1er juillet 2020 et sera basé à Stockholm. Jusque là, Lars Völkel était le PDG d'Ambibox GmbH, une société d'énergie renouvelable et de recharge de véhicules électroniques en Allemagne. Auparavant, il avait travaillé en tant que PDG de la société suisse Franke Kitchen Systems et EVP Luxury retail & CEO de Poggenpohl au sein du groupe de cuisine européen Nobia. Il avait également occupé divers postes de direction chez Electrolux. Il est titulaire d'un MSc en administration des affaires et d'un diplôme de l'IMD Lausanne.

Chômage technique

Valmet prévoit de mettre au chômage technique environ 200 collaborateurs

Le fournisseur de technologies Valmet a enclenché des négociations de codétermination pour des mises au chômage technique en Finlande. Ceci en raison de la réduction de la charge de travail dans les activités de services effectuées à proximité des clients et afin de se préparer à l'élargissement potentiel des impacts commerciaux causés par la pandémie de Covid-19. A ce stade, 72 employés du secteur d'activité services en Finlande et 105 employés de l'organisation de la zone EMEA en Finlande seront mis au chômage technique. La procédure de mise à pied, qui pourra durer au maximum 90 jours, débutera cette semaine. Il faut savoir que Valmet, qui a réalisé 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2019 compte environ 5 150 employés en Finlande.

Hygiène

Essity affiche une hausse de 10 % de ses ventes au premier trimestre

A cause de la pandémie, les ménages se sont rués sur le papier toilette, ce qui a largement profité au fabricant de produits hygiéniques. La société suédoise affiche ainsi une hausse de près de 10 % de ses ventes (à 33 712M SEK) par rapport au T1 de 2019. Le mois de mars a particulièrement été profitable : il s'est soldé par une hausse de 19,7 % par rapport à mars 2019.

Résultats

Norske Skog enregistre une perte de 32 millions d'euros au 1e trimestre

Les résultats du premier trimestre de Norske Skog ont été affectés par des pertes de change importantes. Le fait que la demande de papier de publication soit en baisse n'a pas aidé non plus, bien que les impacts du coronavirus seront vus plus tard. Bilan : une perte de 32 millions d'euros. Selon Norske Skog, la demande de papier journal en Europe, où se trouvent la plupart de ses usines, a baissé de 12 % en février par rapport à la même période l'an dernier. La demande de papier SC et LWC aurait diminué respectivement de 4 % et 9 %. Rappelons que le groupe Norske Skog exploite six usines et une entreprise de granulés dans cinq pays (en France à Golbey dans les Vosges), avec une capacité de production annuelle de papier de publication de 2,3 millions de tonnes et une capacité de granulés de 85 000 tonnes.

Sanitaire

Le brésilien Klabin va installer des tunnels d'ozone à l'entrée et à la sortie de ses usines

Klabin, producteur et exportateur de papier d'emballage du Brésil, dont le siège est à Sao Paulo, a pris le problème du coronavirus à bras le corps et a carrément décidé de mettre en place des tunnels d'ozone aux points d'entrée et de sortie de ses usines. Il s'agit de structures gonflables de 3 mètres de long avec des buses qui pulvérisent des gouttelettes d'eau contenant de l'ozone. Les employés passeront par le tunnel avant et après leur travail pour s'assurer que leurs vêtements, chaussures, sacs à dos et équipements de protection individuelle sont désinfectés. Rappelons que l'ozone est un désinfectant efficace qui a été traditionnellement utilisé dans l'industrie alimentaire, qui n'est pas nocif pour la santé et qui est déjà utilisé dans la lutte contre le coronavirus. Cette installation entrera en service dans les unités de la société à Telêmaco Borba et Ortigueira, Otacílio Costa et Angatuba dans les prochains jours. Et à terme, dans toutes les unités de l'entreprise au Brésil. Outre l'acquisition de tunnels d'ozone et l'adoption et la mise à jour constante d'autres protocoles, l'entreprise a développé, en un temps record, l'application « Klabin Saúde », qui accélère le service fourni aux employés et les connecte à distance aux équipes médicales des unités.

Solidarité

Sofidel fait don de produits d'hygiène à Caritas Italiana

Le groupe de fabricants de papier de soie, acteur mondial particulièrement réputé en Europe pour la marque Regina soutient l'organisation Caritas Italiana, branche caritative de la Conférence épiscopale italienne, dans cette période de crise sanitaire. Sofidel fait don de 16 camions de produits en papier de soie à usage hygiénique et domestique papier hygiénique (essuie-tout, serviettes, mouchoirs/mouchoirs et napperons, rouleaux de papier toilette). C'est une façon pour Sofidel d'offrir une aide pratique à ceux qui en ont besoin et d'exprimer ses sentiments de solidarité à ceux qui s'engagent à aider l'Italie à faire face à cette situation d'urgence.

 

The Navigator Company réduit sa production de papier NCSB de 15 %

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Au cours des dernières semaines de mars, après la proclamation de l'état d'urgence sanitaire dans les principaux pays où le papetier européen (ex-Portucel Soporcel Group) opère, l'activité économique a diminué de manière significative, ce qui a eu un impact direct sur les activités de ses clients et sur la consommation. Par conséquent, The Navigator Company a été contraint de réduire, pour la première fois de son histoire, sa production de papier afin de l'adapter à la demande actuelle. Dans ce but, il a suspendu temporairement la production de certaines de ses machines à papier NCSB. Cette suspension démarre le 22 avril pour une durée estimée à 30 jours. Cela entraîne une réduction de 15 % de sa capacité de production. Grâce à cette mesure, Navigator entend équilibrer l'offre de papier avec la demande existante, évitant ainsi l'accumulation de stocks dans la chaîne d'approvisionnement.

Acquisition

Shoreline Container a été rachetée par New-Indy Containerboard

Cette entreprise familiale de Holland, dont les parents sont Bruce Patterson et son épouse, avait lancé son processus de recherche d'un acheteur il y a 18 mois. C'est l'offre de New-Indy Containerboard, une coentreprise à 50/50 entre le groupe Kraft et Schwarz Partners, LP, qui a été retenue. Pour mémoire, le groupe Kraft appartient à la famille Kraft et à travers sa présence dans plus de 100 pays, produit chaque année plus de 4 millions de tonnes de pâtes et papiers; tandis que Schwarz et ses 33 sites utilisent quelque 1,5 million de tonnes de carton ondulé par an. Avec cette acquisition, New-Indy optimisera les deux installations de fabrication de Shoreline, une usine de Holland (Michigan) qui fabrique des produits d'emballage en carton ondulé et une usine de Zeeland (Michigan) qui distribue des matériaux d'emballage de protection et spécialisés. Bob Zuker, directeur des opérations de Shoreline, restera au sein de l'entreprise. New-Indy exploite pour sa part trois usines de papier recyclé, une usine de pâtes et papiers kraft et 14 usines d'emballage aux États-Unis.

Hygiène

Ahlstrom-Munksjö reçoit la validation du gouvernement français pour la fabrication de masques faciaux

Conformément aux lignes directrices nouvellement émises par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) Ahlstrom-Munksjö Reliance SMS 200, Reliance SMS 300, Reliance Dextex 200 et Reliance Dextex 300, généralement utilisés pour la fabrication de enveloppes de stérilisation pour instruments chirurgicaux, ont été déclarés compatibles avec les exigences d'un type de masque de catégorie 1. Ces derniers sont des masques individuels à l'usage des professionnels en contact avec le public. Les produits Reliance seront fabriqués dans les usines médicales de Windsor Locks, aux États-Unis et à Mundra, en Inde et seront convertis sur le site de Pont-Audemer, en France.

Solidarité

Torraspapel Malmenayde se mobilise pour soutenir l'AP-HP

La crise du Covid-19 a permis de mettre en lumière les énormes besoins des personnels hospitaliers en matière d'équipement sanitaire. C'est pourquoi Torraspapel Malmenayde, filiale française de distribution de Lecta, a fourni à l'hôpital Antoine Béclère de Clamart des gants à usages médicaux. Rappelons que Torraspapel Malmenayde commercialise une large gamme de produits en papier graphique et non graphique. Torraspapel Malmenayde est également présent dans les domaines de l’Emballage/Expédition et des Médias (supports, machines et consommables) avec des gammes dédiées à l’univers de la communication visuelle.

Sécurité

0 accident sur le site britannique d'Iggesund en 1 an

C'est un zéro dont peut se féliciter le site d'Iggesund Paperboard de Workington, au Royaume-Uni. Aucun accident donnant lieu à un arrêt de travail n'a en effet été constaté l'an passé. Un bilan d'autant plus remarquable que plus de 320 personnes sont employées dans cette usine d'industrie lourde. Ces bons résultats s'expliquent notamment par la capacité du groupe Holmen, dont l'entreprise fait partie, à apprendre des incidents en analysant leurs causes et en effectuant des contrôles réguliers, d'où une amélioration des pratiques. Dans l'usine de Workington, qui fabrique le carton Incada, la planification des procédures de contrôle et de suivi se révèle ainsi essentielle.

réduction de personnel

Stora Enso étend le processus de codétermination de chômage technique en Finlande

Stora Enso lance un processus de codétermination sur le chômage technique dans plusieurs usines au sein de la division Matériaux d'emballage du groupe en Finlande. Les négociations commenceront le 21 avril et affecteront au total 2 000 employés. Stora Enso a justifié sa décision par l'incertitude causée par la pandémie de coronavirus. Le 8 avril, Stora Enso avait déjà entamé cette démarche dans les usines d'Oulu et de Veitsiluoto. Et le 14 avril, un processus de codétermination avait également été engagé pour les employés des usines de pâte Sunila et Enocell du groupe. Le mécanisme couvre une période maximale de 90 jours.

Emballage

L'américain Sonoco investit 83 millions de dollars

Le fabricant d'emballages Sonoco (5,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires) dépense 83 millions de dollars pour renforcer son usine de carton recyclé non couché (URB) aux États-Unis et au Canada. La majeure partie de l'investissement comprend la transformation de sa machine d'ondulé de Hartsville, la MAP 10 en une machine URB de pointe avec une capacité de production annuelle d'environ 180 000 tonnes. À la suite de la conversion de cette machine, Sonoco quittera le marché du carton ondulé d'ici la fin de 2021. A l'issue de cette transformation, cette machine URB sera la plus grande et la moins chère au monde, avec la capacité de produire une large gamme de papier de grande qualité pour desservir les entreprises de produits industriels et de consommation. Au global, Sonoco est l'un des principaux producteurs mondiaux d'URB, avec 12 usines et 20 machines aux États-Unis et au Canada.

Equipement

Valmet fournit un système de contrôle distribué à l'indien JK Paper

C'est une grosse commande qu'a passée JK Paper, leader du marché dans le segment du papier copieur de marque et un des principaux acteurs du papier couché et des cartons d'emballage haut de gamme en Inde. Dans le détail, la livraison de l'équipementier Valmet comprend la conception, l'ingénierie, la fabrication, le test d'acceptation en usine et l'installation de Valmet DNA DCS. Ce système DCS doit couvrir le contrôle des sections de la machine à papier, de l'usine de pâte, de l'îlot de récupération et du bloc d'alimentation. Rappelons que le groupe papetier possède trois grandes unités de fabrication de papier intégrées, JK Paper Mills, Rayagada, Odisha, Central Pulp Mills, Songadh, Gujarat et Sirpur Papeteries, Telangana, avec une capacité annuelle totale de 625 000 t/an.

E-commerce

Amazon condamné à limiter son activité aux produits essentiels

Amazon va devoir limiter son activité en France. Le tribunal judiciaire de Nanterre a ordonné hier au géant du e-commerce d'établir une évaluation des risques inhérents à l'épidémie de Covid-19 sur ses entrepôts et de restreindre en attendant son activité aux seuls produits essentiels. Précisément, la justice enjoint Amazon de restreindre son activité « aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d'expédition des commandes de produits alimentaires, médicaux et d'hygiène, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée ». Sont donc désormais exclus les livres, les jouets, les produits culturels comme les jeux vidéos, les DVD ou encore le matériel électronique ou les produits de jardinage. La juridiction estime que la société a « de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés ». Le tribunal avait été saisi en référé par le syndicat Sud Solidaires, qui demandait la fermeture des six entrepôts de l'entreprise en France. Amazon a annoncé qu'il allait faire appel du référé tout en affichant sa volonté de trouver rapidement une solution pour retrouver une activité normale.

Solidarité

Antalis reverse 1% du montant de son chiffre d’affaires à l’alliance Tous unis contre le virus

Afin de soutenir le personnel soignant, les scientifiques et les aidants aujourd’hui en première ligne pour venir en aide aux plus fragiles, Antalis, distributeur de papiers, de produits d’emballage et de solutions de communication visuelle, s’engage dans la lutte contre le Covid-19. Ainsi, depuis le 10 avril et jusqu’au 30 avril 2020, 1% du montant de chaque commande passée sur le site de l'entreprise sera redistribué au collectif Tous unis contre le virus. Ce dernier a vocation à soutenir les personnels soignants, en milieu hospitalier ou non, à financer des projets de recherche ainsi qu’à aider des acteurs de terrain et des associations qui œuvrent auprès des plus vulnérables.

Solidarité

International Paper multiplie les dons

Au cours des deux dernières semaines, International Paper a fait don de centaines de milliers de boîtes et de plateaux à divers hôpitaux et unités médicales des pays où le groupe opère. Les boîtes sont utilisées à diverses fins, allant de la distribution de repas aux patients, au tri et au transport d'outils médicaux, à l'expédition d'équipements de protection ou à la collecte en toute sécurité de déchets chirurgicaux. Le papetier participe aussi à la protection des personnes en proposant dans un certain nombre d'hôpitaux et ainsi que chez certains de ses clients, des séparateurs en carton ondulé pour aider à la distanciation sociale. Le groupe met aussi à disposition du papier d'emballage Kraft pour emballer de manière hygiénique les repas hospitaliers.

Nomination

David Ekberg, vice-président exécutif et chef de la division Packaging Solutions chez Stora Enso

En plus de ses nouvelles responsabilités, effectives depuis le 1er avril, David Ekberg intègre aussi l'équipe de direction du groupe. Auparavant, il occupait le poste de chef intérimaire de Packaging Solutions depuis le 6 décembre 2019. Auparavant, il était vice-président directeur, chef de l'unité commerciale Corrugated Nordics de la division. Avant de rejoindre Stora Enso en 2017, il était en poste chez Climeon et Ericsson. Pour mémoire, depuis le 1er janvier 2020, Stora Enso a fusionné son activité de carton-caisse avec la division Consumer Board, créant une nouvelle division Packaging Materials. 

Ahlstrom-Munksjö augmente sa capacité de production de matériel médical

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

La propagation exponentielle du virus COVID-19 dans le monde a causé une situation exceptionnelle, créant une forte demande de produits de santé général, et spécifiquement de masques d'hygiène. Dans ce contexte d'urgence sanitaire, la société a donc décidé début mars, dans son site de Turin en Italie, d'utiliser ses lignes de production (habituellement réservée pour produire des matériaux à base de fibres) à d'autres fins : la fabrication de matériel médical pour réaliser des masques d'hygiène. Ahlstrom-Munksjö ambitionne de favoriser la production de plus de 20 millions de masques par mois. Et ce mois-ci, Ahlstrom-Munksjö va utiliser, pour produire aussi des tissus médicaux, une ligne normalement utilisée pour les matériaux de filtration industriels à l'usine de Tampere en Finlande. La société affirme que l'usine de Tampere peut livrer du matériel médical pour environ 10 millions de masques faciaux par mois dans un court délai.

Acquisition

Graphic Packaging finalise le rachat de la filiale d'emballage de consommation de Greif

Malgré le contexte pour le moins compliqué, Graphic Packaging, fournisseur de solutions d'emballage pour les entreprises de produits alimentaires, de boissons, de restauration et autres produits de consommation, a clôturé l'acquisition précédemment annoncée de la division emballages de biens de consommation (CPG) de Greif, fournisseur de solutions d'emballage industriel. Au terme de cette opération évaluée à 85 millions de dollars, Graphic Packaging, établie à Atlanta, en Géorgie, ajoutera sept installations de boîtes pliantes à son portefeuille, ce qui favorisera la conversion de ses usines, et son évolution sur des marchés porteurs. Les ventes nettes de Graphic Packaging se sont élevées à 6,2 milliards de dollars en 2019, en hausse de 2 % par rapport à 2018.

Cessation d'activités

Environ 2000 licenciements « temporaires » chez Stora Enso

Le papetier suédois annonce la mise en place d'un processus de co-détermination sur les licenciements temporaires de 2 000 employés en Finlande. L'explication est bien entendu liée aux incertitudes économiques découlant de la pandémie de coronavirus. Les licenciements temporaires courent sur 90 jours maximum et ce sur plusieurs courtes périodes sur l'année en cours. En agissant de la sorte, le papetier cherche à anticiper les conséquences d'un éventuel arrêt de ses opérations industrielles. Sont concernés par ces mesures, l'ensemble du personnel de l'usine de pâtes et papiers d'Oulu et de l'usine de pâtes, papiers et sciages de Veitsiluoto à Kemi.

Le japonais KPP va devenir le propriétaire d'Antalis

 

Malgré les difficultés actuelles de collecte et de diffusion de l'information, Pap'Argus reste fidèle à sa mission et continue à vous adresser l'actualité du secteur.

 

Même pendant le coronavirus, des opérations de rachat sont en cours. Dernière en date : celle du japonais Kokusai Pulp and Paper (3,2 milliards d’euros de chiffre d'affaires) qui a signé, mardi 31 mars, une promesse d'achat ferme pour devenir le nouvel actionnaire majoritaire d'Antalis. Le nouveau groupe ainsi formé devrait représenter un chiffre d’affaires annuel d’environ 5,3 milliards d’euros, incluant 3,3 millions de tonnes de papier vendus. Concrètement, KPP, leader de distribution de papier au japon, en Asie et en Australie, se porte acquéreur de l’intégralité des actions détenues par la société Sequana, actionnaire majoritaire d’Antalis, soit 75,2 % du capital et 82,5 % des droits de vote, au prix de 0,10 euro par action. Antalis a par ailleurs été informée que KPP et Bpifrance Participations avaient passé un contrat d’acquisition par lequel Bpifrance Participations céderait l’intégralité des actions Antalis qu’elle détient, soit 8,5 % du capital et des droits de vote, au prix de 0,40 euro par action. Simultanément à cette promesse d’achat, KPP, Antalis et les créanciers d’Antalis ont signé un accord de restructuration du crédit syndiqué d’Antalis prévoyant le remboursement de 100 millions d’euros. De quoi soulager le distributeur de papiers, d'emballages industriels et de communication visuelle. En effet, Sequana, qui en était le principal actionnaire est actuellement en liquidation judiciaire. « Antalis, son management et ses équipes se félicitent de ce rapprochement avec KPP qui devrait permettre d’écrire une nouvelle page de son évolution internationale. Dans ce contexte, Antalis devrait bénéficier de nouveaux moyens pour renforcer ses positions sur ses différents marchés et assurer son développement », a commenté Hervé Poncin, directeur général d'Antalis.

OPA

Le Covid-19 met un terme à l'OPA de Xerox sur HP

Il a fallu le coronavirus pour que Xerox jette l'éponge et abandonne son OPA hostile de 35 milliards de dollars sur HP. « La crise sanitaire mondiale actuelle et les turbulences macroéconomiques et de marché provoquées par le Covid-19 ont créé un environnement qui n’est pas propice à la poursuite de l’acquisition de HP par Xerox. En conséquence, nous retirons notre offre d’achat pour acquérir HP et nous ne chercherons plus à proposer notre liste de candidats hautement qualifiés au conseil d’administration de HP », indique la société. Les actions Xerox ont perdu plus de la moitié de leur valeur au cours des cinq dernières semaines, tandis que les actions HP ont reculé d’environ 25 %. Pour mémoire, cela faisait 5 mois que Xerox faisait le forcing pour racheter HP. Il avait même augmenté son offre d'environ 10 % début février pour tenter de convaincre les actionnaires de sa cible.

Vente

Neenah annonce que l'acquisition de Vectorply n'est pas finalisée

Petit rappel des faits : Neenah, spécialisé dans les matériaux de spécialité (notamment les substrats de performance spécialisés utilisés pour le transfert numérique, les supports adhésifs et abrasifs, les étiquettes, les papiers d'impression et d'emballage de qualité supérieure) avait prévu de racheter Vectorply, une société du portefeuille de MSouth Equity Partners. Montant de l'opération : 155 millions de dollars en espèces. La transaction devait être conclue au 1er avril. Or, cela n'a pas été le cas. « Pour le moment, la priorité est la santé et la sécurité de nos employés, indique John O'Donnell, son directeur général. Nous avons donc pris des mesures dans l'ensemble de notre entreprise pour les protéger, tout en gérant soigneusement les coûts, les dépenses en capital et le fonds de roulement ». Avec des ventes annuelles de plus de 70 millions de dollars, Vectorply est un chef de file dans la fabrication de matériaux composites haute performance. Quant à la société Neenah, elle a son siège à Alpharetta, en Géorgie et ses produits sont vendus dans plus de 80 pays à travers le monde.

Papeterie

+100 M€ de CA pour Exacompta Clairefontaine

En 2019, le groupe Exacompta Clairefontaine, dirigé par la famille Nusse, a dépassé les 700 millions d’euros de chiffre d'affaires, affichant une progression de près d'une centaine de millions d’euros. Ces résultats intègrent les entités Eurowrap et Biella acquises durant l’année. La France représente 398,4 millions d’euros sur l’exercice, la zone Europe 276,7 millions d’euros et le marché mondial hors Europe 28,2 millions d’euros. Le groupe souligne qu'en papiers d’impression-écriture non couchés, les livraisons des usines européennes à destination de l’Europe de l’Ouest ont baissé de 6 % en 2019 (source CEPI). Dans son bilan, Exacompta Clairefontaine indique qu'avec 224 225 tonnes, les ventes de papiers de son groupe ont été en augmentation de 2,5 %. La baisse des prix de pâtes à papier au deuxième semestre a été en grande partie compensée par l’augmentation de ceux de l’énergie. Le groupe ajoute que la demande a été forte en papiers recyclés et dans les spécialités de haut de gamme. Quant au segment constitué du papier façonné et de classement (réunis dans le secteur Transformation chez Exacompta Clairefontaine), il enregistre 540,9 millions d’euros de revenus.

Vente

L'américain IP cède ses activités brésiliennes d'emballage en carton ondulé

Le business continue malgré cette période trouble. International Paper vient de conclure un accord pour vendre ses activités d'emballage en carton ondulé brésilien à Klabin. Montant de l'opération : 330 millions de reais, dont 280 millions de reais à payer à la clôture et 50 millions de reais un an après. L'accord comprend précisément la cession de 7 usines. Pour le reste, pas de changement : IP continuera de gérer ses activités Papiers et Forêts au Brésil. La transaction devrait être conclue au second semestre 2020. L'an passé, IP a réalisé un chiffre d'affaires de 22 milliards de dollars.

Prêt

Plan d'urgence pour les entreprises impactées par le Covid-19

Face à la crise liée à l’épidémie de coronavirus, l’État français appuyé par la Fédération des banques françaises et Bpifrance a mis en place un dispositif exceptionnel visant à soutenir la trésorerie des entreprises. Un bol d'air, notamment pour les entreprises de la filière, qui doivent composer, souvent avec des effectifs réduits, pour maintenir une production nécessaire à la vie du pays. Concrètement, l’Etat se porte garant à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques. Il est précisé que le prêt pourra s’élever jusqu’à un montant représentant 3 mois de chiffre d’affaires et qu’aucun remboursement ne sera exigé la première année. Enfin, les entreprises pourront déterminer le calendrier d’amortissement du prêt et l’étaler jusque sur cinq ans supplémentaires, selon leurs résultats. On ne sait pas encore quelles entreprises du secteur pensent y recourir, ni surtout celles qui pourront y prétendre
après les restructurations récentes...

Courrier

Le Covid-19 oblige La Poste à tourner au ralenti

 

L'épidémie touche de plein fouet l'activité de La Poste, obligée de s'adapter en conséquence. Premièrement, l'imprimerie de La Poste, installée à Boulazac, en Dordogne, aurait détecté des cas possibles de coronavirus. Ce qui a contraint l’entreprise à prendre des mesures et à réduire l'activité, avec un nombre très restreint d'effectifs. Par ailleurs, il a été décidé qu'à partir du 30 mars, La Poste ne devrait distribuer le courrier (et donc les journaux) que trois jours par semaine. En résumé, les Français devront s'attendre prochainement à des retards dans la distribution de leurs courriers et colis. Ce qui contrarie au premier chef les éditeurs de presse ! D'autant que de nombreux points de vente aussi ont fermé, environ 3 000 points de vente à date, y compris les Relay dans les gares et lieux de transport. Ce qui représente 17 % du chiffre d’affaires en temps normal.

Production

Lecta assure la continuité de son activité

 

Le papetier espagnol déclare avoir déclenché tous les mécanismes nécessaires pour garantir la continuité de son activité et la prestation de ses services, tout en renforçant les mesures de sécurité et de santé dans tous ses centres, conformément aux recommandations gouvernementales : mise en place de plans rigoureux visant à renforcer les mesures d'hygiène et de nettoyage, arrêt des réunions, limitation du nombre d'employés dans les espaces communs, mise en place du télétravail… Objectif : garantir la chaîne d'approvisionnement des biens de première nécessité. Par ailleurs, pour consolider sa position de leader sur les marchés de l'Espagne, de la France, du Portugal et de l'Italie, Lecta a regroupé son activité de distribution sous un même nom, Lecta Distribution Group. Il a profité de ce changement pour moderniser son image et les contenus de son web lectadistribution.com où l'on peut consulter les sites des quatre distributeurs, Torraspapel Malmenayde en France, Torraspapel Distribución en Espagne, Torraspapel Portugal au Portugal et Polyedra en Italie. Au total, le groupe compte plus de 20 000 clients actifs, 650 marques et presque 23 000 références sur le marché.

Restructuration

Le constructeur allemand Heidelberg va supprimer 2000 postes dans le monde

Radical : c'est le qualitatif qui vient immédiatement à l'esprit quand on analyse le plan d'actions mis en place par la direction de Heidelberg (2,4 milliards d’euros de chiffre d'affaires sur le dernier exercice), spécialisé dans les machines pour l’impression offset en feuille ou bobine, la sérigraphie et l’impression numérique. Face à la crise du Covid-19, le groupe a initié un vaste programme de restructurations qui comprend notamment la suppression de 2000 emplois dans le monde et la fermeture de plusieurs sites de production. Objectif pour le constructeur : se recentrer rapidement sur son cœur de métier. Qui précise qu'il abandonne ainsi les produits qui ne gagnent pas assez d’argent comme la Primefire, sa presse numérique feuille dédiée, entre autres, à l’emballage, et les machines pour l’impression très grand format. Heidelberg évalue en effet à 50 millions d'euros la perte sur ces gammes de produits. Au final, le groupe pense que le redressement dans ses comptes ne se fera sentir qu’à partir de l’exercice 2021-2022.

Production

Covid-19 : Hamelin ferme 3 papeteries

Le gouvernement a beau insister sur la nécessité de maintenir l’économie à flot, les salariés s'inquiètent, réclament des précautions et, pour certains, vont jusqu'à demander la fermeture des sites. C'est le cas des salariés du groupe Hamelin, premier fabricant de cahiers européen, qui ont réclamé la fermeture, par précaution, de leur entreprise. La direction a donné son accord et annoncé l'arrêt de toute activité, pendant deux semaines, dans ses usines de Caen, Moult (Calvados) et Nersac (Charente). 550 salariés sont concernés.

Tissue

Essity : la production de Lilla Edet en Suède de nouveau opérationnelle

C'est un ouf de soulagement qu'ont poussé les équipes de l'usine de Lilla Edet, qui produit du papier hygiénique commercialisé sous la marque Edet. En effet, la production a dû être stoppée sur une machine à papier en raison d'un incendie. Un incident qui s'est révélé mineur au final, sans incidence ni sur les équipes ni sur le matériel. De fait, l'usine a redémarré la production quelques heures après l'incendie. Les dirigeants d'Essity ont affirmé que l'incident n'aurait aucune conséquence sur la livraison des produits d'hygiène, surconsommés actuellement à cause de la pandémie. Et ont insisté sur le fait qu'ils n'auraient aucun problème pour répondre aux demandes.

Aide financière

Covid-19 : 45 milliards d’euros pour soutenir les entreprises

Le Ministre de l'économie Bruno Le Maire a officialisé un plan de soutien de 45 milliards d’euros pour soutenir les entreprises et les salariés, notamment avec le report du paiement de toutes les charges fiscales et sociales dues par les entreprises, frappées de plein fouet par l’épidémie de Covid-19. Dans la foulée, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la mise en place d'une enveloppe d'un montant de 300 milliards d'euros visant à garantir les prêts sollicités par les entreprises à leurs banques. Le but premier de ces aides est bien évidemment d’éviter le licenciement en masse. Et d'amortir le plus possible l'impact de l'épidémie dans l’économie française. « Le soutien de l'Etat aux entreprises pourrait aller jusqu'à la nationalisation si nécessaire », a ajouté Bruno Le Maire.

Coronavirus

En Chine, des livreurs de repas à domicile distribuent des livres

Le confinement épargne les livreurs de repas à domicile… Qui se voient attribuer une nouvelle mission en Chine : la distribution de livres. Une initiative originale et qui permet de préserver un peu le monde des libraires, mis à mal, comme la majorité des commerces par l'épidémie du COVID-19. Précisément, les librairies de Pékin ont noué un partenariat avec Meituan-Dianping, une application de livraison de repas à domicile. Il suffit dès lors aux clients de passer commande dessus pour se faire livrer les ouvrages en même temps que leurs repas. A noter que ce projet a pu voir le jour grâce à l'appui du gouvernement municipal de Pékin.

Naming

Torraspapel Malmenayde devient Lecta Distribution Group

Pour consolider sa position de leader sur les marchés de l'Espagne, de la France, du Portugal et de l'Italie, Lecta, le papetier basé en Espagne, regroupe son activité de distribution sous un même nom. Ainsi les distributeurs Torraspapel Malmenayde en France, Torraspapel Distribución en Espagne, Torraspapel Portugal au Portugal et Polyedra en Italie deviennent Lecta Distribution Group. Lecta Distribution Group a profité de ce changement de nom pour moderniser son image et les contenus de son web lectadistribution.com où l'on peut consulter les sites des quatre distributeurs. Au total, le groupe compte plus de 20 000 clients actifs, 650 marques et presque 23 000 références sur le marché.

Acquisition

L'américain Graphic Packaging rachète la division emballages de biens de consommation de Greif

Le spécialiste américain des emballages industriels Greif voulant se recentrer sur la production et le reconditionnement de grands récipients vrac et sur le carton ondulé, il a décidé de céder sa division emballages de biens de consommation. Celle-ci réalise un chiffre d'affaires annuel de 200 millions de dollars et comprend 7 usines, toutes basées aux Etats-Unis. Le repreneur, Graphic Packaging, est spécialisé lui dans les solutions à base de papier-carton pour l’alimentaire, les boissons et les biens de consommation. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 6,1 milliards de dollars en 2019. Montant de la transaction : 85 millions de dollars. L'opération devrait être bouclée au 31 mars 2020. Une fois l'intégration de la société complètement finalisée, Graphic Packaging prévoit un excédent brut d’exploitation d’une vingtaine de millions de dollars par an.

OPA

HP rejette encore l'offre de rachat de Xerox

C'est une fin de non-recevoir pour Xerox, qui a réalisé 9 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2019. Malgré le relèvement de son offre publique d'achat, qui est passée de 24 à 35 milliards de dollars, le constructeur américain de matériels d’impression n'a pas réussi à convaincre son compatriote HP. Toujours pour le même motif : pour le géant informatique HP, le montant proposé par Xerox ne correspond pas à sa véritable valeur. Par ailleurs, le numéro un mondial de l’impression et numéro deux des PC (58,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires) n'a pas manqué de souligner la baisse des ventes de Xerox. Déception pour Xerox, qui a pourtant fait miroiter un argument de poids : celui de 2 milliards de dollars de synergies avec ce rapprochement.

Reprise

Nouveau départ pour le papetier allemand Feldmuehle

C'est un bon début d'année pour Feldmuehle, spécialisé dans les papiers pour étiquettes et emballages souples. Au cours des deux premiers mois, l'entreprise a dépassé ses objectifs de vente. Le développement de nouveaux produits - notamment basés sur le recyclage des fibres - porte ses fruits. En conséquence, le 1er mars 2020, la direction de la société a décidé d'anticiper tous ses paiements auprès de ses créanciers, remboursant ainsi ses prêts en totalité avant la date butoir du 30 juin 2021. Soit 15 mois à l'avance. Ce qui est de bon augure pour l'avenir. Pour mémoire, depuis le 15 juin 2018, la société fait partie de Kairos Industries, basé à Berlin.

Nomination

DS Smith nomme une directrice en charge de la substitution du plastique

Le développement durable est à la mode ! Après International Paper, c'est au tour de DS Smith de créer un poste de direction en matière de recherche et de développement durable. Il est dévolu à Susana Aucejo. En tant qu'ingénieur chimiste titulaire d'un doctorat en emballage alimentaire, le Dr Aucejo est également titulaire d'un MBA de l'IESE Business School, d'un MSc en technologie alimentaire de l'IATA et détient cinq brevets. Le Dr Aucejo a rejoint DS Smith après une expérience pour l'ITENE, un institut de recherche privé spécialisé dans les technologies d'emballage, de logistique et de mobilité. Elle y a passé 18 ans en tant que responsable du secteur de l'emballage et directrice de la R&D. Son rôle, chez DS Smith va consister à s'occuper du remplacement des plastiques et du développement de solutions barrières innovantes. Elle a aussi pour mission de développer davantage la gamme de carton ondulé recyclable du groupe britannique.

L'ancienne papeterie d'Arjowiggins Le Bourray va fabriquer du tissue recyclé

La diversification est de mise pour l'ex-usine d'Arjowiggins Le Bourray, revendue en avril 2019 à la famille Bourdin, propriétaire du fabricant de tissue CGMP. Elle démarrera en juillet prochain la fabrication de tissue recyclé. Il est aussi prévu qu'elle fabrique ensuite du papier de soie à partir de pâte chimique et de papiers récupérés. Capacité estimée : jusqu'à 30 000 t/an de papier de soie. Pour arriver à cette diversification, la MAP 4 sera convertie d'ici fin juin. A date, environ 10 % de la production de Papeterie Le Bourray est utilisée par CMPG pour la production de produits en tissue. Les 90 % restants sont vendus sur le marché. Pour mémoire, CMPG est un fabricant de nappes et de serviettes de table. L'entreprise, qui emploie 140 personnes, produit jusqu'à 10 millions de serviettes et 2000 km de nappes par jour.

Nomination

L'américain International Paper nomme son premier directeur du développement durable

Création de poste chez l'un des principaux producteurs du monde d'emballages, de pâtes et papiers à base de fibres renouvelables : celui de directeur du développement durable. C'est Sophie Beckham qui se voit attribuer le poste chez le papetier américain. Sa mission : mener à terme le plan développement durable baptisé « Vision 2030 » de l'entreprise. Sophie Beckham a rejoint International Paper en 2013. A l'époque son rôle consistait à s'occuper de la gestion forestière et de l'environnement.

Plan de relance de Condat

 

Enfin ! Les 457 salariés des papeteries de Condat, qui vivaient dans la menace d'une fermeture du site (confronté à une baisse structurelle du marché du papier couché et à un coût de l’énergie moins compétitif qu’ailleurs), ont été soulagés d'apprendre le coup de pouce de la région Nouvelle-Aquitaine, qui leur octroie 19 millions d'euros. Dans la foulée de cette mesure, la secrétaire d'Etat à l'économie Agnès Pannier-Runacher a annoncé une aide de l'Etat de 14 millions d'euros via l'Ademe et l'effacement de la moitié de la dette. De quoi permettre le plan de relance des papeteries de Condat. L'idée étant de reconvertir la ligne 8 (arrêtée depuis avril 2019) pour produire du papier adhésif et de mettre en place une nouvelle chaudière pour réduire de près de 30 000 tonnes par an les émissions de CO2 de l'usine. Et rétablir ainsi la compétitivité énergétique du site. Ce vaste plan d'aides va permettre à l'actionnaire principal, le groupe espagnol Lecta de tenir son engagement et d'investir 92 millions d'euros.

Acquisition

Le groupe chinois Dongfang achète 60 % du fabricant italien de machines BP Agnati

 

Précisément, c'est la filiale italienne de Dongfang, Fosber, spécialiste de machines et d'équipements pour le carton ondulé qui est à la manoeuvre. Il bénéficie d'une bonne position parmi les principaux fournisseurs mondiaux de lignes complètes de carton ondulé ainsi que de machines individuelles pour la production d'emballages en carton ondulé. La société basée à Lucques est une filiale à part entière du groupe chinois Dongfang Precision depuis septembre 2017. Pour mémoire, l'année dernière, Fosber avait acquis une participation de 70 % dans Tiruña Grupo Industrial (TGI), un producteur espagnol de rouleaux ondulés et de rouleaux presseurs avec des sites de fabrication en Espagne, en France, en Chine et aux États-Unis. Quant à BP Agnati, il s'agit d'un fabricant italien traditionnel d'onduleuses avec une présence mondiale et plus de 90 ans d'expérience. La société a enregistré un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros en 2019.

L'italien Cartiere Carrara finalise le rachat de Carind et de CRC

 

Belle opération de croissance externe réalisée par le groupe familial spécialisé dans le papier à usage sanitaire et domestique. Le groupe italien, qui emploie 600 personnes en Italie et exploite six usines de tissue d'une capacité de 240 000 tonnes par an, reprend Carind qui gère une usine de production à Arpino et qui fabrique des produits en tissue. Egalement, il rachète CRC qui exploite une usine de transformation à Sermoneta et produit du papier hygiénique, des essuie-mains et des serviettes. Les deux sociétés sont basées dans la région du Latium et réalisent un chiffre d'affaires global de 35 millions d'euros. Avec leur consolidation, le nouveau Groupe Cartiere Carrara dépasse les 300 millions d'euros de chiffre d'affaires. Dans la foulée, le groupe prévoit le démarrage d'une nouvelle ligne de tissue de 40 000 tonnes/an dans son usine de Carma Ferrania.

Restructuration financière

Recapitalisation de l'espagnol Lecta

En procédant à cette restructuration financière, le groupe Lecta permet la conversion d’une dette obligataire de 600 millions d’euros en nouveaux titres de dette et en capital. Cette opération va lui apporter une flexibilité financière supplémentaire qui va l'aider à poursuivre sa transformation en une société de papier de spécialité. Cette recapitalisation va notamment permettre d’achever la restructuration des papeteries de Condat, filiale française du groupe, en convertissant une ligne de production aujourd’hui à l’arrêt (papier couché) vers du papier pour adhésif pour étiquettes et la construction d’une chaudière biomasse. Pour mémoire, le groupe Lecta est présent dans 10 pays et dispose d’usines dans ses trois pays d’origine à savoir, l’Espagne, la France et l’Italie. Au cours de l’année 2018, le groupe Lecta a réalisé un chiffre d’affaires de 1,486 milliard d’euros et emploie 3 205 personnes.

Départ

Le suédois Södra voit partir son Pdg, Lars Idermark

A 63 ans, Lars Idermark, Pdg de Södra, décide de quitter ses fonctions. Lars Idermark avait été nommé au conseil d'administration de Södra en 1999, mais avait démissionné à l'expiration de son mandat en 2010. Il avait ensuite été nommé président-directeur général en décembre 2012 et avait pris ses fonctions en mai de l'année suivante. A l'époque, il s'était vu confier la lourde tâche de trouver une direction rentable à un moment où toute l'industrie forestière était durement touchée par la récession. Mission qu'il avait accomplie avec succès, comme l'a reconnu le président Lena Ek, qui va par ailleurs gérer le processus de recrutement de son successeur. « Les 52 000 propriétaires forestiers familiaux dévoués de Södra, plus de 3 000 employés et 1 800 employés sous contrat sont reconnaissants envers Lars. Grâce à lui, Södra est devenue une entreprise stable, rentable, durable et innovante. »

10 millions d'euros pour Be Paper

Bon début d'année pour Be Paper ! Le nouveau groupe fondé par Henri Bréban et et dirigé par Damien Bridoux séduit les investisseurs et vient de lever plus de 10 millions d'euros. 6 millions d'euros ont été apportés par les banques régionales, LCL, Banque Postale et Crédit Agricole Nord de France, ainsi que par la BPI et le Fonds Régional de Garantie (FRG). CAP 3RI, la société d’investissement dédiée à la 3ème Révolution Industrielle en région Hauts-de-France, a complété le tour de table avec 3 millions d'euros. Objectif : permettre à Be Paper d'accélérer sur son activité de fabrication de papier pour ondulé (PPO). Pour mémoire, la reprise en 2018 de l'ex-papeterie ArjoWiggins a permis à Be Paper de développer une activité de production de papier pour ondulé (PPO), notamment à faible grammage (60 à 80 g/m2) à partir de vieux papiers recyclés. Le site, qui est en production depuis l'été 2019 devrait atteindre la pleine production (200 000 tonnes/an) dans le courant de l'année 2020. Aujourd'hui, Be Paper compte 280 salariés et réalise un chiffre d'affaires de plus de 35 millions d'euros avec trois entreprises du secteur de la papeterie et de l'emballage en carton plat et ondulé : Express Packaging, Express Découpe et l'usine à papier Wizpaper toutes situées dans le Pas-de-Calais.

Acquisition

Photoweb rentre au capital Fizzer

Fizzer, la jeune pousse à l'origine de l'appli permettant d'envoyer des cartes à partir de ses propres photos, annonce son rapprochement avec Photoweb (groupe Exacompta Clairefontaine contrôlé par la famille Nusse), en cédant dans un premier temps 60 % de son capital. L’entreprise normande, qui compte plus d’1 million d'utilisateurs dans le monde, représentaient pour le géant de la papeterie une opportunité de se développer sur un secteur complémentaire, celui de la carterie personnalisée. « Fizzer était le maillon manquant pour faire de la divisio, Digital Photo d’Exacompta Clairefontaine un acteur européen de premier plan. Le secteur de la carte et du faire-part est stratégique pour nos activités et nous voulions un jeune acteur dynamique, européen et mobile à la fois. C’est chose faite avec l’acquisition de Fizzer », a commenté Laurent Nusse, Directeur Général de Photoweb. Avec ce rapprochement, Fizzer bénéficiera de l’expertise d’un acteur historique, tout en s’appuyant sur son soutien financier, mais également matériel avec ses unités de production situées près de Grenoble. La start-up ambitionne de dépasser les 5 millions de cartes en 2020.

La société de capital-risque IOP rachète le papetier Midwest Paper

Les opérations de rachat se poursuivent en 2020 : pour preuve, l'année démarre avec la transaction réalisée par Industrial Opportunity Partners (« IOP »), une société de capital-investissement basée à Evanston dans l'Illinois. Elle acquiert le papetier Midwest Paper, installé à Combined Locks, dans le Wisconsin. Celui-ci est spécialisé dans la distribution de caisses en carton recyclé de haute qualité. L'usine a une capacité de production annuelle de 400 000 tonnes, via trois machines à papier. C'est Dave Mackin, directeur d'exploitation d'IOP qui assumera les fonctions de président de Midwest Paper.

OPA

Xerox démontre qu'il a la capacité de s'offrir HP

Suite du feuilleton HP/Xerox ! Malgré l'insistance de Xerox, le groupe américain de PC et de machines d'impression numérique n'est toujours pas convaincu et ne donne pas son accord pour passer sous son giron. Pourtant, Xerox montre patte blanche et annonce qu'il a obtenu 24 milliards de dollars d'engagements de financement de la part de Citi, Mizuho et Bank of America. Autrement dit, l'essentiel du montant pour cette OPA évaluée à 33,5 milliards de dollars. Pour autant, HP estime toujours que la proposition de Xerox sous-estime considérablement HP. Dans ces conditions, il n'est pas question, pour HP, de céder aux avances de Xerox. Pour rappel, HP réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires presque six fois plus élevé que Xerox pour une capitalisation boursière trois fois plus importante, à environ 29 milliards de dollars contre 8 milliards. Suite au prochain épisode ?

Stora Enso cède son usine de Pfarrkirchen

C'est la société de capital-investissement DUBAG et son fonds d'investissement LEO qui ont trouvé un accord avec Stora Enso pour la cession de son usine de KVH (un matériau de construction en bois massif) situé à Pfarrkirchen en Bavière. Le site, qui produit environ 145 000 m3 par an, emploie 90 collaborateurs. Cette vente fait partie du programme de protection des bénéfices du papetier finlandais (10,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018) et s’inscrit dans la transformation stratégique du groupe, ce site étant jugé trop isolé par rapport aux autres. La transaction, qui devrait être finalisée au premier trimestre 2020, entraînera une réduction des ventes annuelles de Stora Enso de l'ordre de 40 millions d’euros.

Fermetures

C'est la course contre la montre pour les salariés de Chapelle Darblay

C'est aujourd'hui, le 13 janvier, la date fixée par le groupe UPM pour démarrer le processus de fermeture du site de Grand-Couronne si aucun repreneur n'était trouvé. Or, cinq se sont manifestés ; ils sont intéressés par l'usine de recyclage de papier des bords de Seine et trois l'ont visitée. Une commission industrielle avec le Préfet, les syndicats, les élus et la direction française du groupe UPM s'est tenue le 7 janvier pour discuter des projets. Mais rien n'a encore filtré si ce n'est qu'un report de la date butoir est demandé.

Rachat

Draeger La Carterie s'empare de la marque de papeterie Toga

Forte de plus de 130 ans d’histoire, Draeger La Carterie (40 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel) renforce son expertise en intégrant Toga à son portefeuille de marques (Draeger, Hallmark, La Carterie, Nouvelles Images et Yvon). Spécialisée dans la carterie, l’emballage cadeau, les agendas, les calendriers et la décoration murale, l'entreprise familiale ajoute ainsi une corde à son arc en diversifiant son offre dans le domaine des accessoires créatifs sur les créneaux du papier, des loisirs enfants, du scrapbooking, du DIY et de la custom fashion. Toga, créée en 2003, propose un panel de plus de 200 nouveautés par an.

Départ

Peter Oswald, Pdg de Mondi, quittera ses fonctions fin mars

Changement de top management pour le groupe africain Mondi : Peter Oswald quittera ses fonctions de Pdg et du conseil d'administration de Mondi le 31 mars 2020. C'est le directeur financier (CFO) de Mondi, Andrew King, qui assurera le poste de Pdg par intérim après le départ de M. Oswald et jusqu'à la nomination d'un successeur. M. Oswald avait rejoint Mondi en 1992 et occupait le poste de Pdg du groupe depuis mai 2017.

L'allemand Voith et l'italien Toscotec ne font plus qu'un

L'année démarre sur les chapeaux de roue dans l'industrie papetière avec l'opération de rapprochement conclue entre Voith et Toscotec, deux fournisseurs importants de machines. Dans les faits, le groupe technologique allemand Voith prévoit d'acquérir 90 % des actions du constructeur italien Toscotec. Alessandro Mennucci, Pdg de Toscotec, conservera une participation de 10 % dans la société. A noter que la transaction ne changera en rien les activités de Toscotec, qui conservera son portefeuille de produits et ses sites, tout en continuant à se concentrer sur les machines pour produire du tissue tel que des lingettes de cuisine, des serviettes en papier ou du papier toilette. La société, qui a son siège à Lucques, en Italie, réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 100 millions d'euros.

Reprise

Fin de la procédure d'insolvabilité de Feldmuehle

Après l'approbation unanime de tous les créanciers le 16 décembre 2019 du plan d'insolvabilité soumis par la direction de l'un des principaux fabricants européens de papiers spéciaux, le tribunal compétent de Pinneberg a suspendu sa procédure d'insolvabilité le 2 janvier 2020. La société a su faire accepter le plan de financement avec ses partenaires financiers, qui garantit la pérennité de l'entreprise. Au préalable, Feldmuehle avait aussi procédé à des restructurations en 2019 pour remettre ses comptes à niveau. Ce qui a aussi participé à convaincre le tribunal. Feldmuehle a aussi pris plusieurs initiatives pour aller de l'avant. La première a consisté à lancer des programmes pour réduire l'énergie primaire et utiliser des énergies alternatives dans la production. La seconde a porté sur le développement de nouveaux produits. Notamment, Feldmuehle a démarré deux projets : l'un concerne l'utilisation des vieux papiers, l'autre le recours aux produits spéciaux pour emballages souples.

Recevez notre newsletter
Valider