Prochaine manifestation Les Places d'Or Du 3 novembre au 5 novembre 2020 Paris - Hôtel Le Meurice http://www.lesplacesdor.com
A LA UNE
Fibre Excellence Tarascon entre dans une période d'observation de six mois

 

On en sait un peu plus sur la situation de Fibre Excellence Tarascon (118 millions d'euros de chiffre d'affaires, 306 salariés), qui, suite à son dépôt en redressement judiciaire, rentre dans une période d'observation de six mois. Motifs invoqués : déficit chronique, baisse du cours de la pâte à papier, sous-production, taxation de l'agence de l'eau… A cela, il convient d'ajouter que l'usine, classée Seveso, est aussi accusée d’émettre des substances polluantes et qu'elle est impliquée dans un procès, initialement prévu le 21 septembre mais qui a été renvoyé au 6 janvier 2021. Bilan des courses : l’usine, qui produit 250 000 tonnes par an de pâte à papier, n’est pas rentable et son actionnaire ne veut plus investir. En revanche, rien ne change pour l’autre usine de l'entreprise, située au siège de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), qui fabrique 300 000 tonnes de pâte par an. Pour mémoire, ces deux unités ainsi que la filiale d’approvisionnement Sebso ont été rachetées à Tembec en 2010 par le groupe canadien Paper Excellence, détenu par Jackson Wijaya, membre d’une famille indonésienne qui possède le géant Asia Pulp & Paper.

Tissue

Futura acquiert Plusline

Plusline, basée à Bologne, est une start-up active dans les technologies de l'emballage de papier basée à Bologne. Elle a été lancée il y a quelques années à l'initiative de l'entrepreneur bolognais Vittorio Gerri. En rachetant cette jeune entreprise, le spécialiste des solutions de conversion dans le tissue Futura, basé à Lucca en Italie, veut approfondir ses compétences pour offrir des systèmes d'emballage avancés. Futura fait partie du groupe Faber, qui opère à partir de son siège à Viareggio, en Italie.

Economie circulaire

Allemagne : Modernisation de l'usine à papier Palm Wörth

L’usine à papier pour ondulé, de Wörth en Rhénanie-Palatinat, a été mise en service en 2002 et dispose d’une capacité de 650 000 tonnes par an. Son propriétaire, le groupe papetier Palm, investit 100 millions d'euros dans sa modernisation. Le gros de l'enveloppe est destiné à la mise en place d'une centrale de cogénération. Il s'agira de la première utilisation au monde d'une turbine à gaz qui peut également fonctionner à l'hydrogène. La nouvelle centrale électrique à turbine à gaz entrera en service au 3ème trimestre 2021. Voici une illustration parfaite d'un site papetier qui mène sa révolution énergétique ! En effet, les turbines s'arrêtent lorsque le réseau électrique est surchargé, et l'usine de papier et la ville de Wörth, ainsi que d'autres municipalités, peuvent être approvisionnées s'il y a un besoin de plus de puissance. De cette manière, l'installation compense parfaitement les fluctuations de charge croissantes sur le réseau. En outre, le papier est recyclé thermiquement dans une deuxième chaudière à matières résiduelles nouvellement construite. On rappelle que l'usine de papier de Wörth a commencé à fonctionner en 2002, avec la plus grande machine à papier au monde de papier pour ondulé.

Conversion

Valmet reconstruit la machine à papier de Modern Karton en Turquie

Dans le cadre du projet, la machine à papier MAP 3 de Modern Karton, qui produit actuellement du carton d'emballage recyclé, sera reconstruite pour produire des qualités de carton d'emballage enduit de haute qualité. C'est Valmet qui sera aux commandes de cette reconstruction. La valeur d'une commande de ce type se situe généralement autour de 40 à 50 millions d'euros. La mise en service de la machine à papier reconstruite est prévue pour le début de 2022. A cette date, elle sera en capacité de produire avec une plage de grammages de 105-225 g/m2 et une vitesse de conception de 1300 m/min. Modern Karton fait partie du groupe Eren Holding et est basée à Istanbul. C’est le plus grand producteur de carton ondulé de Turquie et l’un des plus importants d’Europe. L'usine utilise des déchets de papier dans sa production et a une capacité de production annuelle de 1 050 000 tonnes.

Usine

Fermeture de la machine à carton 1 d'Hamburger Rieger Trostberg

Hamburger Containerboard, membre du groupe Prinzhorn, négocie actuellement la fermeture de la machine à carton 1 de l'usine de Trostberg en Allemagne. L'entreprise prévoit d'arrêter la machine d'ici la fin de l'année. Motifs invoqués : les commandes en baisse et les coûts élevés de maintenance et d'exploitation. Environ 40 collaborateurs pourraient être affectés par la fermeture de la machine. Les négociations avec les représentants du personnel sont en cours. La machine à carton 1 à Hamburger Rieger Trostberg a une capacité de 30 000 tonnes/an de carton recyclé dans des grammages de 350 à 900 g/m².

Le fabricant d'étiquettes Inessens poursuit sa croissance

 

4…. opérations de croissance externe, financées sur fonds propres en peu de temps (entre fin 2019 et mi 2020) ! Sacrée performance que celle réalisée par Inessens, fabricant d’étiquettes basé à Montréal-de-l’Aude, à quelques kilomètres de Carcassonne. Spécialisé dans le vin, les spiritueux et l’agroalimentaire, Inessens, qui réalise des étiquettes depuis 24 ans, a acquis Etiquettes de Provence (Vallauris), l’imprimerie TLS (Grasse), Etiquettes Michel Haas (Fontainebleau) et Art & Sens (Grasse). Chiffre d'affaires cumulé de ces 4 entités : 13,6 millions d’euros, réalisés principalement dans les secteurs de la cosmétique, des parfums, du luxe et du médical. Grâce à ces opérations rondement menées, la PME audoise, dirigée par Eric Groshens, se dote ainsi de nouveaux savoir-faire. Ces acquisitions s’inscrivent dans la logique de développement d’Inessens, débuté avec le rapprochement des imprimeries Aset (Montreal de l’Aude) et Bidoit (Cognac), et qui l’avaient vue s’adjoindre de nouveaux sites de production avec la reprise de l’imprimerie bourguignonne Roy (Chassagne Montrachet), de Roubey (Orange) et la création en 2015 de Digit Labels (Cadaujac). Inessens vise un doublement de son chiffre d’affaires d’ici cinq ans, soit d'atteindre les 100 millions d’euros. L'an dernier, le groupe avait réalisé 55 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec 370 personnes réparties sur neuf sites industriels. A noter que la croissance d'Inessens accompagne la concentration du secteur de l'étiquette où d'après l'UNFEA, le nombre de sites ne diminue pas vraiment tandis que la taille des groupes augmente inexorablement.

Recevez notre newsletter
Valider